POLITIQUE
27/03/2018 17:44 EDT | Actualisé 27/03/2018 17:59 EDT

Budget Leitao: des réinvestissements attendus en santé et en éducation

Les deux plus gros postes budgétaires bénéficient de sommes supplémentaires.

Les deux plus gros postes budgétaires, la Santé et l'Éducation, bien qu'ils représentent déjà plusieurs milliards de dollars, vont aussi bénéficier d'investissements supplémentaires grâce au budget Leitao.

Santé

En santé, les ressources allouées aux établissements de santé seront haussées de 5,3 pour cent en 2018-2019.

Les investissements sont annoncés sur cinq ans, ce qui donne des montants impressionnants.

Ainsi, des 5,4 milliards $ d'investissements additionnels prévus d'ici 2022-2023, l'essentiel, soit 4,3 milliards $, sera consacré à «l'amélioration de l'accès aux soins de santé». La somme ira croissant, soit 381 millions $ de plus en 2018-2019, jusqu'à 1,086 milliard $ en 2022-2023.

Les mesures dites sociales recevront 541 millions $ supplémentaires d'ici 2022-2023.

Une somme de 499 millions $ sera consacrée aux mesures de santé pour les aînés, là encore en augmentant progressivement de 84 millions $ en 2018-2019 à 122 millions $ en 2022-2023.

Le gouvernement annonce bel et bien que «des ressources additionnelles seront dégagées en faveur des infirmières» afin d'alléger leur charge de travail, mais aucun montant n'est encore précisé.

Au plus fort de la crise des soins infirmiers, le ministre Gaétan Barrette s'est entendu avec la Fédération interprofessionnelle de la santé pour mettre sur pied 16 projets pilotes afin d'instaurer un ratio infirmière-patients sécuritaire, mais on ignore encore où, quand, comment et quel montant y sera affecté.

«Péréquation» en région

À compter de l'exercice 2018-2019, les régions bénéficieront de fonds additionnels en santé, soit 300 millions $ de plus par année pour assurer à leurs citoyens un niveau d'accès comparable pour les soins de première ligne et les services spécialisés.

Au cours d'une entrevue, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a confirmé qu'il s'agissait d'une sorte de «péréquation» dans la santé entre les régions. «L'équité interrégionale, c'est quelque chose de très important», a-t-il commenté.

Éducation

Les millions pleuvront aussi sur le milieu de l'éducation, avec une augmentation de 5 pour cent des crédits alloués à la fois à l'enseignement supérieur et l'éducation.

Les fonds sont présentés selon un horizon de 5 ans, soit d'ici 2022-2023, l'équivalent d'un mandat électoral.

Ainsi, d'ici 2022-2023, le budget prévoit 319 millions $ pour la réussite scolaire et l'intégration des élèves, à raison de 60 millions $ par année.

Aussi: 545 millions $ sur la même période pour «moderniser le financement des établissements d'enseignement supérieur». Il faudra voir ce que veut dire cette «modernisation». L'investissement ira croissant, passant de 55 millions $ en 2018-2019 à 180 millions $ en 2022-2023.

De même: 355 millions $ prévus au Plan d'action numérique en éducation et enseignement supérieur, à raison de 55 millions $ pour l'exercice budgétaire 2018-2019, puis 75 millions $ par année pour les années suivantes.

Une somme de 97,5 millions $ est allouée à la formation de la main-d'oeuvre dans le milieu scolaire, soit entre 15,5 et 20,5 millions $ par année.

Les stagiaires en enseignement qui réclamaient d'être rémunérés se voient exaucés: 75 millions $ sont prévus d'ici 2022-2023 pour les futurs enseignants qui effectueront leur 4e stage, ou 15 millions $ par année.

Finalement, 63 millions $ serviront à favoriser l'activité physique en milieu de travail, soit 3 millions $ pour 2018-2019, puis 15 millions $ pour les années subséquentes.

En matière de réussite éducative, Québec estime qu'en septembre prochain, l'équivalent de 3100 postes à temps complet auront été ajoutés pour dispenser des services directs aux élèves du primaire et du secondaire et 1000 professionnels — orthophonistes, orthopédagogues et autres.

Mais les syndicats sont sceptiques, craignant qu'il s'agisse de «bouts de postes rattachés ensemble» plutôt que de véritables embauches de personnes, a critiqué Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE).

Pour les infrastructures scolaires, Québec annonce des crédits additionnels, notamment pour rapatrier sur un seul campus les installations de l'Université du Québec en Outaouais, réaliser le projet de la Maison du loisir et du sport à Montréal et construire des installations sportives et gymnases.