NOUVELLES
27/03/2018 13:42 EDT | Actualisé 28/03/2018 11:32 EDT

Baseball: des partisans uniques à Montréal, selon Tim Raines

«Si ce n'était pas d'eux, peut-être que je ne serais pas devenu le type de joueur que j'ai été.»

Getty Images

MONTRÉAL - Le passage de Tim Raines à Montréal durant les deux matchs préparatoires des Blue Jays de Toronto a une saveur un peu différente cette année.

L'ancien voltigeur étoile des Expos fait maintenant partie des immortels du baseball, ayant été intronisé au Temple de la renommée en juillet dernier.

«C'est toujours plaisant d'être de retour à Montréal. C'est comme ma deuxième maison», a mentionné en entrevue au HuffPost Québec celui qui a disputé 13 saisons avec Nos Amours.

«Beaucoup de personnes me posent des questions sur mon intronisation et j'aime bien en parler. C'est la quatrième année de suite que je viens ici avec les Jays. Cette année est un peu différente en raison de l'intronisation», a ajouté Raines qui est un partenaire de Budweiser pour les nouveaux verres «Coups de circuit» qui sont synchronisés avec les longues balles des Jays.

Le légendaire joueur des Expos est toujours heureux de revoir la foule montréalaise. Elle est très spéciale à ses yeux et elle se différencie de toutes celles devant lesquelles il a joué durant sa carrière.

«C'était toujours excitant de jouer à Montréal. Les partisans étaient différents des autres dans la ligue. Ils célébraient tout ce qui se passait dans une rencontre. Dans certains stades, les partisans attendent que quelque chose se produise pour se manifester», a-t-il raconté dans un entretien téléphonique d'une dizaine de minutes.

Budweiser Canada
Le Stade olympique a été illuminé par les verres Budweiser donnés aux partisans lors de l'un des matchs préparatoires des Blue Jays en 2018. Budweiser a remis des verres «Coups de circuit» aux 25 000 premiers spectateurs.

«À Montréal, les partisans apprécient le simple fait de voir leur équipe jouer, a-t-il enchaîné. Comme joueur, tu voulais leur donner le plus d'occasions possibles de célébrer.»

Raines, qui se classe au 5e rang de l'histoire du Baseball majeur pour les buts volés avec 808, croit même que les partisans montréalais ont eu une influence sur sa carrière.

«Si ce n'était pas d'eux, peut-être que je ne serais pas devenu le type de joueur que j'ai été. Les partisans faisaient du bruit à chaque geste que je faisais, spécialement sur les sentiers», a estimé Raines qui a toujours été considéré comme un joueur excitant.

Raines et les autres anciens y croient toujours

Tim Raines pense toujours qu'un retour éventuel des Expos à Montréal est possible.

«Je suis une des personnes qui veut revoir une équipe de baseball à Montréal. Si j'avais un vote, c'est certain qu'il irait à Montréal. Et si jamais il y a une équipe à Montréal, je veux en faire partie», a expliqué l'homme qui est instructeur dans les filiales des Jays.

Un autre ancien joueur des Expos, le releveur John Wetteland, a lui aussi livré son plaidoyer pour ramener le baseball à Montréal.

Si on est sérieux, réalisons ce projet! Il faut que ça se fasse.John Wetteland, lanceur des Expos de 1992 à 1994

«Chaque fois que je reviens, que je parle à d'anciens coéquipiers ou à des personnes impliquées dans le projet, on sent que le momentum continue graduellement à augmenter. Malgré un changement à la mairie, je n'ai pas de doute. Si on est sérieux, réalisons ce projet! Il faut que ça se fasse», a affirmé le coloré lanceur droitier qui a évolué avec les Expos de 1992 à 1994.

Des matchs préparatoires encore nécessaires?

Il s'agit de la cinquième année de suite que des rencontres préparatoires du Baseball majeur sont présentées au Stade olympique.

En 2018, les foules attendues sont un peu moins élevées que les années précédentes, principalement parce que les deux parties ont lieu en début de semaine. Lundi, 25 335 spectateurs se sont déplacés pour voir les Jays affronter les Cardinals de Saint Louis, si bien que la barre des 50 000 spectateurs devrait être atteinte avec le match de mardi. En comparaison, la visite des Red Sox de Boston en 2016 avait attiré plus de 106 000 curieux et celle des Pirates l'an dernier avait vu plus de 96 000 personnes passer les tourniquets.

Cela ne diminue pas l'appui qui est démontré par Montréal pour ramener une concession dans la métropole, sont d'avis les anciennes étoiles des Expos.

«Les matchs préparatoires prouvent que Montréal peut supporter une équipe, a justifié Raines. Ça ne dérange pas que l'assistance soit plus basse cette année, le nombre de partisans démontre tout de même l'appui au baseball. Les partisans sont prêts à un retour.»

Quelle est la prochaine étape maintenant? John Wetteland a sa petite idée.

«La prochaine étape est d'avoir un match de saison régulière à Montréal. C'est la raison pourquoi nous sommes ici. Nous ne sommes pas ici pour montrer la vieille garde des Expos», a indiqué celui qui dit avoir passé les plus belles années de sa carrière à Montréal.

La Presse canadienne/Ryan Remiorz
John Wetteland a effectué le lancer protocolaire avant la rencontre de lundi au Stade olympique. À la blague, il a indiqué aux photographes de se déplacer.

«Nous croyons qu'il peut y avoir une équipe ici dès maintenant. C'est pourquoi nous revenons. L'histoire n'est pas terminée. Quand il y a ce genre de synergie, c'est difficile de l'arrêter. C'est pourquoi j'ai la foi que je serai l'entraîneur des Expos un jour», a-t-il lancé en souriant.

«Ça prend un rêveur, a souligné Larry Parrish, qui a porté les couleurs des Expos de 1974 à 1981. Il faut une personne en politique qui veuille que le Baseball majeur soit de retour et une autre personne qui a les poches profondes. C'est comme ça que les Expos ont été créés la première fois. Un maire (Jean Drapeau) qui rêvait et Charles Bronfman qui avait les moyens de réaliser le projet.»

Si on s'en tient aux échos qui ont circulé cette semaine, le projet du retour du baseball à Montréal est encore vivant, même si Denis Coderre n'est plus à la tête de la ville.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a indiqué qu'elle rencontrera l'homme d'affaires Stephen Bronfman, qui fait partie d'un groupe d'investisseurs qui travaille sur le projet du retour du baseball à Montréal, dans deux semaines.

Dans une entrevue accordée au réseau RDS, Bronfman a déclaré demeurer optimiste et que les choses bougent en coulisses.

Galerie photoLe passage des Blue Jays au Stade olympique (2018) Voyez les images