NOUVELLES
26/03/2018 14:10 EDT | Actualisé 26/03/2018 14:10 EDT

Josée Milot a reconnu avoir abandonné une enfant dans un logement en feu

La femme avait accepté de prendre soin de la fille d'une voisine alors qu'elle était intoxiquée.

La gardienne montréalaise de 50 ans, qui avait laissé une fillette de 18 mois dans un appartement où un incendie s'est déclaré ultérieurement, ne sera finalement pas traduite en justice.

Josée Milot a enregistré un plaidoyer de culpabilité lundi.

Or, son procès criminel aurait normalement dû s'amorcer durant cette même journée.

Cette femme a donc reconnu avoir été à l'origine d'un feu en raison de sa négligence, d'avoir abandonné une enfant et d'avoir entravé le travail des policiers en leur fournissant une fausse identité.

Josée Milot se trouvait en détention depuis son arrestation remontant à l'été dernier.

Comme elle a déjà passé presque sept mois derrière les barreaux, elle a obtenu le droit de recouvrer sa liberté incessamment.

La quinquagénaire doit, toutefois, se plier à une thérapie pour venir à bout de son problème de toxicomanie.

À la fin du mois d'août, la femme avait accepté de prendre soin de la fille d'une voisine alors qu'elle était intoxiquée.

Elle avait alors décidé d'utiliser la cuisinière et elle avait quitté le logement où un incendie a ensuite pris naissance.

Des policiers sont parvenus à extirper l'enfant des flammes en rampant à travers d'épaisses volutes de fumée.

Heureusement, tout le monde a survécu.

L'avocat de Josée Milot, Me Antonio Cabral, a indiqué que sa cliente a parcouru bien du chemin depuis cet épisode qui aurait fort bien pu se terminer de manière dramatique.

«Elle reconnaît ses torts, elle ne conteste rien, elle s'est reprise en main», a-t-il déclaré, lundi, au palais de justice de Montréal.

«Elle n'a jamais eu l'intention de mettre le feu», a-t-il pris le soin d'ajouter.

(Collaboration de Cogeco)

La Presse canadienne