DIVERTISSEMENT
27/03/2018 07:32 EDT | Actualisé 27/03/2018 08:10 EDT

«Far Cry 5», quand les petits détails font une grande différence

Un doux parfum de controverse enveloppe le nouveau jeu d’Ubisoft Montréal depuis son dévoilement...

Ubisoft

Dans Far Cry 4, l'animateur de la radio pirate de Kyrat se plaignait à un certain moment de la couverture médiatique inexistante en Occident de la guerre civile qui ravage son pays.

Nous pouvons facilement faire un lien pour le moins ironique entre ces propos et la décision fort controversée de l'équipe d'Ubisoft Montréal de camper sa nouvelle aventure en sol nord-américain, plus précisément dans une région fictive du Montana contrôlée par un culte d'extrémistes religieux plus que déterminés à mener une nouvelle «guerre sainte».

Le studio montréalais a d'ailleurs eu la main heureuse (d'une certaine façon), ayant entamé la production de Far Cry 5 avant que ne surviennent l'élection de Donald Trump et la montée fulgurante des mouvements d'extrême droite. Ubisoft prend d'ailleurs la peine de souligner d'entrée de jeu que sa dernière création est une oeuvre de fiction... même s'il admet que celle-ci est forcément inspirée de l'actualité des dernières années.

Si peu de choses ont changé au niveau de la jouabilité, Far Cry 5 fait part d'une attention aux détails assez exceptionnelle, imposée par le choix de ce nouveau monde, disons, moins «exotique» que ceux des chapitres précédents, lequel aura obligé les concepteurs à repenser une formule qui, sans avoir fait son temps, avait tout de même besoin d'une bouffée d'air frais.

L'Amérique d'abord

Les modifications les plus notables se situent au niveau des différentes missions que le joueur aura à accomplir tout au long de son parcours. Un ménage assez exhaustif a été effectué à cet égard afin d'aller de pair avec les grandes lignes du scénario et de refléter la réalité de la région visitée. Exit, donc, le sabotage de tours radio et la recherche d'artéfacts. Après tout, il n'y a pas une seconde à perdre lorsqu'il est question de SAUVER L'AMÉRIQUE.

Comme dans les épisodes précédents, le joueur se verra néanmoins confier une série de missions allant de la conquête de bases occupées à la libération d'otages, en passant par la destruction de convois et de lieux de culte. Le tout dans le but de réduire l'influence de l'organisation du prophète Joseph Seed et de permettre à la «résistance» de s'organiser et de reprendre le contrôle du territoire.

La progression et l'interface du jeu ne sont d'ailleurs pas sans rappeler, à cet égard, celles de la série Infamous.

Ubisoft

Se perdre pour mieux explorer

L'une des choses les plus souvent reprochées à Far Cry est le caractère répétitif que finit inévitablement par prendre une aventure s'étalant sur plusieurs dizaines d'heures à l'intérieur d'une région isolée, peu habitée, dans laquelle le héros ne doit craindre que les ennemis (et animaux) qu'il doit abattre massivement pour venir à bout de sa longue liste de missions à accomplir.

Une critique à laquelle le studio répond ici d'une manière étonnante, poussant le joueur à aborder et arpenter différemment le vaste terrain de jeu mis à sa disposition. Pour ce faire, les concepteurs ont notamment remplacé la carte que l'on retrouvait jusqu'ici au bas de l'écran par une simple boussole, encourageant le joueur à réellement explorer le territoire, à s'y perdre, plutôt que d'utiliser un GPS pour naviguer machinalement d'un objectif à l'autre.

L'univers de Far Cry 5 est également beaucoup plus dynamique, nous amenant à être constamment sur nos gardes et à réagir plus promptement en situation de combat.

Le joueur devra notamment revoir sa façon d'utiliser les différents environnements d'un point de vue stratégique, les structures rencontrées en cours de route étant souvent plus massives que par le passé, conférant un caractère beaucoup plus labyrinthique et imprévisible à l'espace.

La chasse et la pêche (un très bel ajout) sont maintenant liées directement à l'obtention de points d'expérience et des précieux dollars permettant respectivement d'acquérir de nouvelles habiletés dans l'ordre convenant le mieux au style du joueur, et d'acheter de nouvelles armes et des munitions (après tout, on est aux États-Unis!).

Si vous désirez un défi supplémentaire, sachez que vous pouvez également déambuler dans les vastes forêts du Montana et prendre part au combat sous l'influence d'alcool ou de substances illicites (virtuels, bien entendu).

Ubisoft

En terrain connu

Au niveau de la jouabilité, tout est à sa place et fonctionne comme les vétérans de la série peuvent s'y attendre. Aucun changement majeur n'a été apporté, si ce n'est l'ajout du combat rapproché (repris de Far Cry Primal) et la modification de la conduite de véhicules, qui se rapproche davantage de celle que l'on retrouve dans un jeu de course traditionnel.

Far Cry 5 encourage plus que jamais à la coopération, au travail d'équipe, que ce soit entre joueurs réels ou en faisant appel à différents personnages du jeu, que vous pouvez recruter à tout moment pour mener votre combat au nom de la liberté et de la démocratie.

Vous pouvez également compter sur un fidèle compagnon canin pour désarmer vos opposants, vous ramener leur arsenal et vous défendre contre certaines bêtes féroces.

Ubisoft

«If it ain't broke...»

Il faut saluer le cran d'Ubisoft Montréal, qui a osé s'aventurer sur un terrain extrêmement glissant et a su profiter de cette opportunité pour effectuer plusieurs ajustements se révélant au final plus que payants.

Si la charge s'avère particulièrement brutale dans les premiers instants, semblant d'abord vouloir nous immiscer dans un territoire sinistre et hostile digne de Resident Evil 4, le scénario dévoile davantage ses nuances au fil de sa progression.

Far Cry 5 repousse les limites du discours moral et des enjeux sociaux que son prédécesseur s'efforçait de mettre en place, sans commettre l'erreur de répéter celles reprochées à ses antagonistes. Oeuvre nécessairement politique sans l'être totalement, Far Cry 5 se penche sur les engrenages et les méthodes de ce type de mouvements et sur les raisons poussant certains à obéir aveuglément à ces fausses idoles.

Il s'agit, sans grande surprise, du chapitre le plus accompli de la série sur le plan esthétique. Un travail colossal a notamment été effectué au niveau du son et des éclairages, qui paraissent beaucoup plus naturels, en particulier durant les épisodes de nuit. On continue néanmoins de rêver au jour où seront intégrés des éléments qui pourraient influencer davantage la jouabilité (comme la pluie, par exemple).

Far Cry 5 s'impose ainsi par l'intelligence et la pertinence des moindres décisions ayant guidé sa conception. Rarement s'aventurer en terrain connu n'aura paru si dépaysant.

Far Cry 5, disponible le 27 mars 2018 sur PC, PlayStation 4 et Xbox One.