NOUVELLES
23/03/2018 18:08 EDT | Actualisé 23/03/2018 18:08 EDT

Un gendarme français sauve des vies en s'offrant en otage

«Il a été blessé par balle à deux reprises et a reçu plusieurs coups de couteau par l'assaillant.»

Il s'est livré au ravisseur en échange de la libération d'otages : le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame a fait preuve vendredi d'héroïsme pendant la prise d'otages de Trèbes, dans le sud de la France, et luttait contre la mort après que l'assaillant l'eut blessé par balle.

L'officier de 45 ans "a sauvé des vies et fait honneur à son arme et notre pays", a salué le président Emmanuel Macron, en rendant un hommage appuyé au "courage" de ce gendarme, qui "lutte actuellement contre la mort".

L'assaillant venait d'abattre deux personnes dans un supermarché de la région de Carcassonne (sud) quand, "au péril de sa vie", il "a fait le choix de prendre la place des otages retenus à l'intérieur du supermarché", a expliqué le procureur de la République de Paris François Molins lors d'une conférence de presse.

Le gendarme "avait laissé son téléphone ouvert sur la table (...) et c'est lorsque nous avons entendu les coups de feu que le GIGN (unité d'élite des forces de l'ordre, ndlr) est intervenu" et a abattu l'auteur de l'attaque, qui se réclamait du groupe jihadiste Etat islamique, avait expliqué plus tôt à la presse le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

"Un acte d'héroïsme comme en sont coutumiers les gendarmes, les policiers qui s'engagent au service de la nation", a conclu le ministre.

Il a été blessé par balle à deux reprises et a reçu plusieurs coups de couteau par l'assaillant, a expliqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

Quelques instants plus tard, sortant de l'hôpital où se trouve le gendarme, le ministre a ajouté que son acte méritait "la reconnaissance de la Nation".

Nommé officier adjoint au commandement du groupement de gendarmerie de l'Aude (sud) en 2017, Arnaud Beltrame a été commandant de la compagnie d'Avranches (ouest) jusqu'en 2014 avant de devenir conseiller auprès du secrétaire général du ministère de l'Ecologie. Il a accédé au rang de lieutenant-colonel en 2016.

Fait prémonitoire, en décembre dernier, cet officier, marié sans enfant, avait participé à un exercice simulant une tuerie de masse dans un supermarché de la région, selon le quotidien régional La Dépêche du Midi.

Les forces de l'ordre procèdent régulièrement à ce type d'entraînement pour améliorer leur mode d'intervention en cas d'attentat.