POLITIQUE
23/03/2018 15:41 EDT | Actualisé 23/03/2018 15:45 EDT

Juripop et l'Union des artistes s'allient pour aider les victimes d’inconduites sexuelles

Un guichet unique sera mis sur pied.

Québec débourse 900 000 $ pour lutter contre l'inconduite sexuelle dans le milieu de la culture, un secteur où les travailleurs contractuels sont particulièrement vulnérables, selon le gouvernement.

Dans le cadre de cette stratégie, le gouvernement souhaite aider les victimes, mais aussi faire de la prévention.

De cette somme, 360 000 $ seront remis à l'Union des artistes (UDA), qui a mandaté la clinique Juripop pour établir un guichet unique venant en aide aux victimes d'inconduites sexuelles. L'objectif de Juripop est d'embaucher une avocate à temps plein dès cet été pour qu'elle écoute les victimes et qu'elle les conseille pour la suite.

Les 540 000 $ restants seront octroyés à l'Institut national de l'image et du son (INIS) pour qu'il développe des formations qui seront offertes à l'ensemble du secteur culturel afin de le sensibiliser sur cet enjeu.

Cette somme fait partie de l'enveloppe de 25 millions $ que le gouvernement Couillard avait promise en décembre dernier pour s'attaquer en général au phénomène de l'inconduite sexuelle.

La ministre de la Culture et des Communications, Marie Montpetit, et sa collègue de la Condition féminine, Hélène David, ont souligné l'importance d'investir dans des mesures spécifiques pour le secteur culturel, formé de plusieurs travailleurs autonomes qui pourraient hésiter avant de porter plainte en raison de leur précarité.

"C'est sûr que le fait d'être à contrat rend beaucoup plus difficile la dénonciation, c'est un petit milieu où les gens se connaissent", a expliqué Mme Montpetit.

À voir également: