NOUVELLES
23/03/2018 21:28 EDT | Actualisé 23/03/2018 21:28 EDT

Des populations de poisson en difficulté à Terre-Neuve-et-Labrador

Le ministère a constaté un déclin important dans le nombre de morues du Nord dans la dernière année.

Getty Images

Les populations de morue du Nord et de capelan sont en difficulté depuis les dernières années à Terre-Neuve-et-Labrador, selon les dernières données du ministère des Pêches et des Océans.

Le ministère a constaté un déclin important dans le nombre de morues du Nord dans la dernière année, et sa population devrait continuer à reculer.

Selon un rapport publié vendredi, l'inventaire de morues du Nord a chuté de 30 pour cent dans la dernière année dans le secteur de pêche qui s'étend du sud du Labrador, jusqu'à la péninsule d'Avalon.

Selon la biologiste Karen Dwyer, le taux de mortalité naturelle est plus élevé, mais on remarque aussi une hausse du taux de mortalité pour des raisons autres que la pêche, dont le réchauffement de la température de l'eau, et la diminution de nourriture pour les poissons.

Le taux de survie de la morue du Nord est passé de 70 pour cent en 2016 à 48 pour cent en 2017.

Cela pourrait avoir un lien avec le déclin des plus petits capelans, dont les populations ont diminué de 70 pour cent depuis deux ans. Comme il ne peut recenser le nombre total de poissons, le ministère ne connaît pas l'impact que peut avoir la pêche sur les populations.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) estime toutefois que la pêche a un rôle à jouer dans cette diminution importante.

«Ces petits poissons, dont plusieurs autres espèces dépendent, sont vulnérables à la surpêche, qui peut aggraver le taux de déclin», a déclaré l'organisme dans un communiqué.

Le capelan est consommé notamment par la morue de l'Atlantique, les oiseaux marins et les baleines.

VOIR AUSSI: