POLITIQUE
23/03/2018 11:24 EDT | Actualisé 23/03/2018 11:25 EDT

Voici la feuille de route de 29 associations du Bloc québécois pour une sortie de crise rapide

Premier point: tenir le vote de confiance envers la chef du parti, Martine Ouellet, avant le 15 mai.

LA PRESSE CANADIENNE

Vingt-neuf associations de circonscriptions du Bloc québécois lancent une offensive pour assurer la tenue rapide d'un vote de confiance envers la chef du parti, Martine Ouellet, au moyen de «questions courtes et précises».

Elles ont rendu publique la feuille de route qu'elles privilégient pour une sortie de crise rapide lors d'une conférence de presse tenue vendredi à Trois-Rivières.

Le Bloc québécois est plongé dans la tourmente depuis la démission à la fin du mois de février de sept de ses dix députés.

La chef bloquiste a annoncé lundi qu'elle acceptait de se soumettre à un vote de confiance anticipé, ce qu'elle avait toujours refusé de faire auparavant. Ce vote de confiance se déroulerait au même moment qu'un référendum sur le rôle du Bloc québécois.

Les 29 associations de circonscriptions bloquistes demandent au bureau national de tenir ce vote de confiance avant le 15 mai. Ils exigent que les 20 000 membres du parti répondent à la question suivante: «Désirez-vous, oui ou non, que l'actuelle chef, Martine Ouellet, quitte la direction du parti?».

Elles estiment qu'il n'y a aucune contradiction entre la défense des intérêts du Québec et la promotion de l'indépendance, tel que décrit dans l'énoncé de mission du Bloc québécois. Elles réclament que le bureau national du parti demande aux membres de se prononcer sur cet énoncé de mission pour dire s'ils sont en accord ou non avec celui-ci.

Toute tentative de trafiquer la question dans l'objectif d'éliminer la défense des intérêts du Québec ou la promotion de l'indépendance sera dénoncée par notre groupe.Communiqué des 29 associations de circonscriptions bloquistes

«Toute tentative de trafiquer la question dans l'objectif d'éliminer la défense des intérêts du Québec ou la promotion de l'indépendance sera dénoncée par notre groupe», ont-elles écrit dans leur communiqué.

Cette offensive survient alors que les appuis de Martine Ouellet semblent s'effriter. Le président du Bloc québécois et député, Mario Beaulieu a refusé jeudi de réitérer clairement sa confiance envers la chef du parti, Martine Ouellet.

Questionné par les journalistes à sa sortie de la Chambre des communes, M. Beaulieu a évité de répondre sans équivoque à deux reprises en répétant que ses positions étaient connues. Il a par la suite ajouté qu'elles n'avaient pas changé.

Plusieurs médias rapportent qu'il aurait demandé à Martine Ouellet de quitter la direction du Bloc québécois. Une information que l'attachée de presse de Mme Ouellet et de M. Beaulieu a refusé de commenter.

Le Bloc québécois compte présentement trois députés à la Chambre des communes, soit Mario Beaulieu, Xavier Barsalou-Duval et Marilène Gill.

À voir également: