DIVERTISSEMENT
23/03/2018 14:21 EDT | Actualisé 23/03/2018 16:09 EDT

Rap: Zach Zoya, un artiste à découvrir

Mis sous contrat par Disques 7ième Ciel en 2017, le rappeur de 19 ans semble avoir un avenir radieux devant lui.

Le rappeur et chanteur Zach Zoya mettait en ligne son deuxième vidéoclip, Who Dat, le 21 mars dernier. Le style de cette nouvelle chanson, d'un dynamisme rappelant celui des bangers américains, diffère légèrement du ton plus mélancolique de son projet lancé sur Soundcloud il y a près d'un an. Depuis la parution de ce premier mini-album, le jeune homme de 19 ans a parcouru beaucoup de chemin.

De Rouyn-Noranda à Montréal

Zach Zoya a commencé à rapper il y a environ quatre ans à Rouyn-Noranda, sa ville natale. Il a déménagé à Montréal pour la première fois il y a deux ans et a fait sa cinquième année de secondaire dans la métropole. De retour à Rouyn-Noranda afin d'y commencer son cégep, il a rapidement décidé, après une demie-année, de revenir s'installer à Montréal.

En avril 2017, Zoya a lancé son premier mini-album et s'est fait repérer par des acteurs importants de la scène du rap québécois comme les membres d'Alaclair Ensemble et Koriass. Peu après, le rappeur a signé chez la maison de disques spécialisée en hip-hop Disques 7ième Ciel, dont font notamment partie Alaclair Ensemble, Koriass et Brown.

«Je suis choyé. Je sais que je peux être confiant pour le futur parce que j'ai déjà beaucoup d'approbation pour le peu de choses que j'ai fait, explique-t-il, reconnaissant. Je ne peux pas dire que je m'y attendais, mais on a fait le premier pas et il faut qu'on aille encore plus loin.»

Le hasard fait bien les choses puisque le président-fondateur de Disques 7ième Ciel, Steve Jolin alias Anodajay, est aussi né à Rouyn-Noranda. S'il connaissait seulement Jolin de vue avant de signer auprès de sa maison de disques, Zoya a appris à l'apprécier au fil du temps.

«C'est clair que Steve Jolin a la musique, le hip-hop à coeur et qu'il veut que ça marche. [...] On est excités, on a la même passion pour la musique», raconte le chanteur.

L'anglais comme mode d'expression

Malgré que Zoya ait choisi de rapper et de chanter en anglais, il ne provient pas d'un milieu anglophone. Sa mère, une Québécoise, et son père, un Sud-Africain, ont toujours parlé français à la maison. S'exprimer dans la langue de Shakespeare est toutefois plus à même de servir ses ambitions.

M'exporter, c'est la priorité, je ne serais pas satisfait d'avoir une carrière juste au Québec.Zach Zoya

Son choix de langue ne l'empêche pas toutefois d'évoluer avec des rappeurs issus de la scène du rap québécois francophone. Ainsi, il a déjà assuré les premières parties d'Alaclair Ensemble, Manu Militari et Koriass, qui s'expriment tous en français. Zach considère d'ailleurs qu'une cohabitation entre rappeurs anglophones et francophones est nécessaire.

«Si on veut sortir de Montréal, je pense qu'on a pas le choix d'unir nos forces et d'avancer dans la même direction. On a pas un immense hype au Québec, si on divise le hype en deux populations distinctes, ça coupe ton crowd en deux.»

Sur la bonne voie

Même s'il n'a pas encore sorti d'album, Zach Zoya a tous les outils pour se faire connaître prochainement. Alors qu'il a déjà assuré les premières parties de plusieurs rappeurs d'envergure par le passé, c'est pour le rappeur Loud, qui revient d'une tournée en France et qui a enflammé le Québec, qu'il réchauffera les salles ce printemps et cet été.

Au cours des prochains mois, Zach Zoya se produira sur scène à plusieurs reprises, notamment en Abitibi, dans la région de Montréal et au Festival d'été de Québec. Il aimerait également sortir un projet durant l'été.

Zach Zoya assurera la première partie de Loud, au Club Soda, le 23 mars.