NOUVELLES
22/03/2018 18:32 EDT | Actualisé 22/03/2018 18:32 EDT

Les tarifs que Trump veut imposer à la Chine font chuter les marchés boursiers

Les nouvelles mesures commerciales annoncées par les États-Unis comprennent des restrictions sur les investissements chinois et des tarifs sur quelque 62 milliards $ US d'importations chinoises.

Leah Millis / Reuters

Les marchés boursiers nord-américains ont clôturé en baisse jeudi, le président américain Donald Trump ayant ravivé les craintes d'une montée du protectionnisme en signalant qu'il imposerait des tarifs sur certains biens chinois.

Les nouvelles mesures commerciales annoncées par les États-Unis comprennent des restrictions sur les investissements chinois et des tarifs sur quelque 62 milliards $ US d'importations chinoises. La Chine a réagi en affirmant qu'elle allait défendre ses intérêts.

La décision des États-Unis fait craindre une escalade vers des guerres commerciales et les effets que celles-ci pourraient avoir sur l'économie mondiale, a expliqué Anish Chopra, directeur général chez Portfolio Management.

«C'est la tendance vers davantage de protectionnisme aux États-Unis. Ce ne sont que de premiers gestes. Combien de temps cela durera-t-il, jusqu'où cela ira-t-il, quels autres biens vont être touchés s'ils continuent d'emprunter cette voie?» a-t-il observé.

«La mondialisation et l'ouverture du commerce mondial sont habituellement des éléments positifs pour la croissance mondiale, alors si vous vous engagez sur la voie protectionniste, ce n'est pas un élément positif pour la croissance mondiale.»

Ces inquiétudes commerciales ont fait plonger l'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto de 275,35 points, pour clôturer à 15 399,93 points, dans le cadre d'un déclin qui s'est généralisé à la quasi-totalité des secteurs.

«Le marché canadien réagissait aussi au plan de Trump sur les tarifs pour la Chine (...) Tout le monde va être touché si les tarifs progressent à travers le monde, et même la croissance du Canada va ralentir», a souligné M. Chopra.

Les déclins ont été encore plus prononcés sur les marchés boursiers américains — en particulier pour les entreprises industrielles et technologiques, qui dépendent fortement du commerce étranger.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a chuté de 724,42 points à 23 957,89 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a perdu 68,24 points à 2643,69 points. L'indice composé du Nasdaq a retraité de 178,61 points à 7166,68 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 77,47 cents US, en hausse de 0,30 cent US par rapport à son cours moyen de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a reculé de 87 cents US à 64,30 $ US le baril, tandis que celui du lingot d'or a pris 5,90 $ US à 1327,40 $ US l'once. Le prix du cuivre a cédé 4 cents US à 3,02 $ US la livre.

Sur le marché torontois, le producteur de cannabis Aphria a vu son action perdre 3,1 pour cent, tandis que celle de Canopy Growth a retraité de 4,3 pour cent et celle d'Aurora Cannabis, de 4,5 pour cent. Ces reculs exprimaient une certaine nervosité dans un contexte où le Sénat canadien se préparait à tenir un vote important sur le projet de loi du gouvernement libéral sur la légalisation de la marijuana.

Le titre de Cenovus Energy a pour sa part perdu 5,6 pour cent après que l'exploitant de sables bitumineux eut indiqué que ses activités ne tournaient pas à plein régime en raison de l'écart plus important que d'habitude entre les prix du pétrole lourd et léger, ainsi que des contraintes liées à la capacité des pipelines.

Voir aussi: