POLITIQUE
22/03/2018 12:33 EDT | Actualisé 22/03/2018 18:22 EDT

Le ministre Pierre Moreau accuse la Coalition avenir Québec de misogynie

«C'est à l'image exacte de ce que la CAQ a envers les femmes, envers les minorités, envers la fonction publique.»

The Canadian Press Images

La Coalition avenir Québec (CAQ) dépasse les bornes en critiquant de façon répétée la sous-ministre Dominique Savoie, dans des attaques qui "tendent à incliner vers la misogynie", accuse le ministre Pierre Moreau.

Jeudi, au Salon bleu, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles s'est emporté en réponse à une question du député caquiste Éric Caire.

Ce dernier voulait savoir du ministre délégué à l'Intégrité des marchés publics, Robert Poëti, s'il trouvait que la nomination de la "mauvaise administratrice" Dominique Savoie au conseil d'administration d'Hydro-Québec était une "bonne nomination".

Mme Savoie était sous-ministre au ministère des Transports avant d'être démise de ses fonctions en mai 2016 par le premier ministre Philippe Couillard. On la soupçonnait d'avoir trafiqué un document. Elle a ensuite été tablettée au ministère du Conseil exécutif après été avoir blanchie. Elle a récemment été nommée sous-ministre au ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles.

Devant un Pierre Moreau qui défendait l'intégrité de Mme Savoie, le député Caire a laissé tomber que "le dauphin est égal à lui-même, et on sait tous que son niveau d'éthique et d'intégrité le qualifie parfaitement pour être chef du Parti libéral", avant de blasphémer lorsque rappelé à l'ordre par la vice-présidente de l'Assemblée nationale, Maryse Gaudreault.

«Manque de respect»

Ulcéré, M. Moreau s'est alors levé pour dénoncer "le manque de respect" du député. "C'est à l'image exacte de ce que la CAQ a envers les femmes, envers les minorités, envers la fonction publique", a-t-il fustigé.

Plus tard en mêlée de presse, M. Moreau a affirmé que la CAQ présentait des "indices qui tendent à incliner vers la misogynie".

"Il s'adresse de façon extrêmement menaçante à la (vice) présidente et rappelez-vous que sa question portait sur une femme, qui a une carrière remarquable dans la fonction publique et qu'il tente de discréditer. Appelez ça comme vous voulez; moi je vous le dis, les gens sont capables d'être juges de ça", a-t-il déclaré.

L'attaché de presse de la CAQ, Samuel Poulin, a maintenu dans un échange avec La Presse canadienne que "jamais un sacre n'a été prononcé à l'endroit de la présidence".

"Nous avons réagi vivement à l'absence de réponses du gouvernement libéral et le silence de Robert Poëti sur cette nomination", a-t-il affirmé.