NOUVELLES
22/03/2018 21:15 EDT | Actualisé 22/03/2018 21:17 EDT

Le CRTC somme Rogers, Bell et Telus d'offrir des forfaits abordables

Le CRTC a annoncé avoir enjoint Bell Mobilité, Rogers et Telus à soumettre leurs propositions initiales de forfaits d'ici le 23 avril.

Getty Images

Les consommateurs qui rêvent d'une plus offre plus variée de fournisseurs de services sans fil devront prendre leur mal en patience, mais d'ici là, le CRTC a sommé trois géants canadiens de proposer des forfaits à moindre coût.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes a annoncé jeudi avoir enjoint Bell Mobilité, Rogers et Telus à soumettre leurs propositions initiales de forfaits abordables de données seulement d'ici le 23 avril.

Le CRTC a également abaissé le plafond des tarifs que Bell Mobilité, Rogers et Telus peuvent facturer aux plus petits fournisseurs pour l'utilisation de leurs services d'itinérance de gros, par rapport aux niveaux établis sur une base intérimaire, en décembre 2015.

Le CRTC n'est toutefois pas allé jusqu'à forcer le trio à s'entendre avec les exploitants de réseaux mobiles virtuels — un type de concurrent qui pourrait s'éviter le coût énorme d'avoir sa propre infrastructure en utilisant celle d'un autre fournisseur.

Le président et premier dirigeant du CRTC, Ian Scott, s'est félicité d'avoir trouvé l'équilibre entre des prix concurrentiels et un modèle d'affaires durable pour les entreprises qui investissent dans l'infrastructure nécessaire.

Le gouvernement fédéral avait demandé au CRTC de revoir sa décision prise l'an dernier contre la jeune entreprise Sugar Mobile, qui comptait sur le réseau de Rogers pour fournir ses services par l'entremise d'un réseau mobile virtuel.

Sugar Mobile voulait élargir la portée de son service WiFi par l'entremise d'Ice Wireless, un fournisseur régional des territoires canadiens qui avait une entente d'itinérance de gros avec Rogers.

Dans une décision plus large, le CRTC avait tranché que les entreprises sans réseau cellulaire ne peuvent pas permettre à leurs clients d'utiliser de manière permanente les réseaux des grands fournisseurs nationaux.

En juin dernier, le ministre responsable des télécommunications, Navdeep Bains, s'était désolé que de telles décisions empêcheraient les plus petits fournisseurs comme Sugar Mobile d'offrir des options à moindre coût aux consommateurs canadiens.

Ian Scott a précisé que le CRTC maintient sa position sur cette affaire, mais qu'il se penchera à nouveau sur les options qui s'offrent aux opérateurs de réseau mobile virtuel.

VOIR AUSSI: