POLITIQUE
22/03/2018 22:25 EDT | Actualisé 22/03/2018 22:33 EDT

L’industrie du taxi s’organise contre les libéraux

Des alliances électorales stratégiques à prévoir?

Un chauffeur de taxi lors d'une manifestation contre Uber à Montréal, le 5 octobre 2016. REUTERS/Christinne Muschi
Christinne Muschi / Reuters
Un chauffeur de taxi lors d'une manifestation contre Uber à Montréal, le 5 octobre 2016. REUTERS/Christinne Muschi

QUÉBEC – Le HuffPost Québec a appris que l'industrie du taxi a convoqué une importante assemblée générale à Montréal peu de temps après le budget Leitao afin de déterminer les prochaines actions à entreprendre contre le gouvernement Couillard.

«Chers confrères, comme propriétaires de permis de taxi et chauffeurs, il est temps de montrer aux libéraux de Philippe Couillard combien de votes ils peuvent perdre à Montréal. Leur relation d'amitié avec Uber qui nous fait perdre la totalité de la valeur de nos permis et bientôt nous fera perdre notre travail, c'est assez!» peut-on lire dans la convocation envoyée jeudi soir.

La rencontre, à laquelle tous les chauffeurs du Québec sont conviés, se déroulera le mardi 3 avril en soirée à la salle Riviera à Anjou. Ce sera l'occasion pour eux de connaître l'état de la négociation en cours avec le gouvernement, des recours collectifs contre Québec et Uber, mais aussi de voter sur les prochaines actions à entreprendre.

Ils pourraient décider de tenir d'autres manifestations ou encore de prévoir une grève pour faire savoir leur mécontentement.

Selon nos informations, certains chauffeurs auraient également demandé une présentation sur les projections électorales afin de cibler des possibles alliances électorales. Un grand nombre de chauffeurs de taxi habitent dans la couronne nord de Montréal et pourraient déloger certains élus libéraux s'ils décident de se mobiliser.

Minimum 500 M$ demandés

L'industrie du taxi accuse Québec d'avoir renié ses engagements, après avoir eu la confirmation qu'aucun montant de compensation ne figurerait dans le dernier budget Leitao qui sera dévoilé mardi. Ils craignent que l'argent leur file entre les doigts, alors que les élections arrivent à grands pas.

Les négociateurs des propriétaires de permis de taxi espéraient que le gouvernement mette de côté un minimum de 500 millions de dollars pour compenser les pertes encourues par l'arrivée d'Uber.

Du côté du ministère des Finances, on a fait savoir qu'il était toujours prévu de proposer une compensation à l'industrie après le dépôt du budget, si telles étaient les conclusions du comité de travail du gouvernement. Des analyses supplémentaires sont toutefois nécessaires pour faire avancer ce dossier complexe.

NOUVEAUTÉ

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!

Voir aussi sur le HuffPost: