POLITIQUE
21/03/2018 10:00 EDT | Actualisé 21/03/2018 10:05 EDT

Une nouvelle coalition pour régler la congestion sur l'autoroute 30

La Rive-Sud réclame du transport collectif sur cette axe névralgique

CCIRS

La Rive-Sud réclame des solutions permanentes à la congestion sur l'autoroute 30, un axe déjà saturé qui est au coeur de nombreux projets de développement à venir. Une première piste de solution: le transport collectif.

L'autoroute 30 a été pensée comme une énorme voie de contournement pour les véhicules, surtout les camions, qui ne souhaitent pas traverser l'île de Montréal. Or, elle a été un vecteur de développement immobilier, surtout sur la portion qui relie Brossard, Longueuil et Saint-Bruno-de-Montarville.

C'est là que s'est installé le Dix30, par exemple. L'aéroport Longueuil-Saint-Hubert est aussi à un jet de pierre de l'autoroute, tout comme plusieurs parcs industriels.

Tout ça amène une congestion monstre sur la 30, aux heures de pointe. Les municipalités concernées, à la demande de la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud (CCIRS), se liguent donc au sein d'une nouvelle coalition pour réclamer des solutions.

«Grâce à cette coalition, nous parlons maintenant d'une même voix et faisons front commun pour demander des solutions immédiates aux problèmes de congestion de l'A-30. L'A-30 est un axe névralgique non seulement pour la Rive-Sud, mais pour l'ensemble de la grande région métropolitaine», affirme Sylvie Parent, mairesse de Longueuil.

Un problème qui s'aggravera

La congestion sur l'autoroute 30 ne fera que s'aggraver au cours des prochaines années. La Ville de Longueuil est pleine phase de développement du secteur de l'aéroport, qui verra bientôt l'arrivée de la brasserie Molson. Brossard continue également de se développer le long de cet axe avec un nouveau quartier TOD qui accueillera des bureaux, des hôtels, des commerces et des résidences.

Plus à l'est, le Port de Montréal projette la construction d'un nouveau terminal près de Contrecoeur, faisant augmenter le transport de marchandises sur la 30.

Sans parler du Réseau express métropolitain [REM] qui prévoit deux gares sur cette autoroute, dont une qui recevra les autobus qui passent actuellement sur le pont Champlain.

«l'A-30 est déjà à saturation et l'arrivée imminente du REM changera l'optique du transport dans la région. Son succès passera par la fluidité de l'A-30, qui sera un générateur de clientèle», souligne la mairesse de Brossard, Doreen Assaad.

Du transport collectif réclamé

La nouvelle Coalition A-30 pour une fluidité durable réclame que le gouvernement provincial crée un comité qui proposera des solutions permanentes pour réduire la congestion. Selon le maire de La Prairie, Donat Serres, une partie de la réponse se trouve du côté du transport collectif.

«L'heure est venue de favoriser le transport collectif et le covoiturage. On constate une augmentation du nombre de déplacements sur la Rive-Sud et nous devons agir de façon rapide et responsable», lance-t-il.

En attendant des solutions permanentes, la Coalition A-30 réclame que l'accotement de l'autoroute devienne une voie réservée aux autobus, aux véhicules électriques et le covoiturage.

Le CCIRS a lancé une pétition sur son site web pour appuyer les démarches de la nouvelle coalition.

Le gouvernement provincial étudie présentement la possibilité d'élargir l'autoroute à trois voies dans chaque direction. Ce projet n'a toutefois pas encore d'échéancier ou d'évaluation budgétaire.