POLITIQUE
21/03/2018 12:43 EDT | Actualisé 21/03/2018 15:07 EDT

Racisme systémique: le débat reprend de plus belle à Ottawa

Les conservateurs accusent les libéraux de chercher à semer la zizanie au sein de la population.

Gérard Deltell, député conservateur de Louis-Saint-Laurent.
Adrian Wyld/CP
Gérard Deltell, député conservateur de Louis-Saint-Laurent.

Les libéraux fédéraux n'ont pas l'intention de jouer dans le même film que les libéraux québécois. Pas question, donc, de suggérer de lancer de vastes consultations sur le racisme systémique.

C'est ce qu'a soutenu mercredi après-midi Mélanie Joly après que la possibilité d'instiguer une telle démarche à l'échelle canadienne eut été évoquée dans le Globe and Mail.

"Il n'y aura pas de grande consultation publique sur le racisme. Ce ne sera pas l'approche de notre gouvernement", a tranché la ministre du Patrimoine canadien en mêlée de presse.

Des consultations auront certes lieu, mais elles seront liées aux nouveaux investissements dans le budget, a-t-elle ajouté en faisant référence à l'injection de 40 millions $ à ces fins dans le budget de février dernier.

Quelques heures plus tôt, avant la réunion hebdomadaire de son caucus, le premier ministre Justin Trudeau soutenait qu'il était "sain pour une société de constamment s'assurer qu'on n'est pas en train d'agir de façon inappropriée" en réponse aux questions sur une potentielle consultation.

"Il faut reconnaître qu'il y a toujours des gens qui font face à la discrimination dans notre société et on devrait toujours chercher à améliorer notre façon de faire", a-t-il offert aux journalistes qui lui rappelaient qu'un projet similaire avait mal passé au Québec.

Vouloir faire une consultation à partir de la prémisse que c'est systémique, donc qu'il y a un système établi, érigé, c'est beaucoup trop lourd. Ça ne correspond pas à la réalité.Gérard Deltell

La possibilité que le gouvernement envisage de se prêter à cet exercice avait fait grincer des dents du côté de l'opposition officielle, les conservateurs accusant les libéraux de chercher à semer la zizanie au sein de la population.

"Vouloir faire une consultation à partir de la prémisse que c'est systémique, donc qu'il y a un système établi, érigé, c'est beaucoup trop lourd. Ça ne correspond pas à la réalité", a argué Gérard Deltell à son arrivée au parlement, mercredi matin.

Son collègue Alain Rayes a tenu un discours identique. Il a regretté que les libéraux veuillent selon lui provoquer "une situation conflictuelle où il n'y a pas de conflit présentement", parce qu'une telle démarche sous-entend que la population est raciste.

"La dernière chose qu'on veut, c'est un discours qui va diviser, a-t-il soutenu en mêlée de presse. Ça va jouer dans un terrain qui est miné présentement. (...) Je ne crois pas que la population canadienne, que la population québécoise, est raciste."

La question du racisme systémique a fait jaser il y a quelques mois sur la colline du Parlement à Ottawa avec l'adoption d'une motion controversée sur l'islamophobie qu'avait portée une députée libérale de confession musulmane, Iqra Khalid.