DIVERTISSEMENT
21/03/2018 12:06 EDT | Actualisé 21/03/2018 12:30 EDT

Donner son corps à la science... et à Jean-René Dufort dans «L’Institut»

«On veut s'intéresser à la bibitte qu'est l'humain en société...»

Radio-Canada

Aller passer une semaine en retraite fermée dans les locaux de l'Université Bishop's de Lennoxville, dans un environnement à la Harry Potter, avec une cinquantaine d'autres Québécois(e)s de tous âges et de tous milieux, et servir d'objet d'étude à Jean-René Dufort, ça vous dirait?

C'est l'expérience que vous propose la chaîne Explora et la maison de production Zone 3, actuellement en pleine préparation de la nouvelle émission L'Institut, qui sera en ondes dans environ un an, soit en décembre 2018 ou en janvier 2019.

Jean-René Dufort, qui co-animera - avec la journaliste scientifique Marie-Pier Élie - et contribuera à compiler les résultats de cette grande enquête humaine, et le producteur Richard Gohier ont expliqué, en conférence de presse téléphonique, mercredi matin, être à la recherche de «cobayes» pour leur nouveau projet, lequel est adapté du format hollandais Het Instituut.

«On ne va pas les disséquer», a mentionné notre Infoman national à la blague.

Société distincte ou pas?

Non, les observations qu'on mènera sur ces personnes seront plutôt d'ordre social, psychologique, physique ou médical.

Dans chacun des 10 épisodes de 30 minutes de L'Institut, on verra les participants se prêter à trois ou quatre tests comportementaux portant sur la peur, le sexe, l'humour, le racisme, l'argent, les perceptions, les compétences, les préjugés, les apparences, l'âge, etc.

Ces évaluations, individuelles ou en groupe, qui opposeront parfois les générations, pourraient nécessiter des passages en laboratoire, ou pas. Mais ça ne sera jamais très compliqué, a assuré Jean-René Dufort. On jaugera surtout les réactions et les interactions des gens entre eux.

«On veut s'intéresser à la bibitte qu'est l'humain en société, a expliqué Jean-René Dufort. Techniquement, on va s'amuser avec la population du Québec. On dit toujours qu'on est une société distincte ; là on va pouvoir tester scientifiquement jusqu'à quel point on l'est».

L'équipe de L'Institut ne veut pas donner d'exemples d'expériences tentées dans la mouture originale Het Instituut – un concept également acquis au Danemark -, histoire de garder la «virginité», la «fraîcheur» des «cobayes» québécois.

L'Institut n'aura rien d'une téléréalité et ne s'immiscera pas dans la vie privée des participants, a-t-on juré mercredi. «Ce sera quelque chose de complètement neuf à la télévision d'ici», a promis Richard Gohier.

Puis, que les amoureux d'Infoman se rassurent : la mise en ondes de L'Institut ne compromet pas le retour de Jean-René Dufort aux commandes du magazine satirique politique de Radio-Canada l'automne prochain. «Malheureusement, non, a rigolé Jean-René Dufort. Je fais juste des tests sur différents cobayes d'une émission à l'autre...»

Les intéressé(e)s à vivre l'aventure de L'Institut doivent être âgés de 18 ans et plus et être disponibles du 6 au 14 juillet prochain pour le tournage. Les candidats retenus seront logés, nourris et même rémunérés à hauteur d'environ 500$ pour tout leur séjour, mais également «gentiment séquestrés» et ne pourront «s'échapper» pendant cette quarantaine.

On espère évidemment recruter un échantillon représentatif de la société québécoise en termes d'âge, de sexe, de régions, de classes sociales, etc, et on souhaite attirer des individus curieux d'en apprendre plus sur eux-mêmes et sur les autres.

On peut s'inscrire ici.

À voir également :