NOUVELLES
20/03/2018 10:29 EDT | Actualisé 20/03/2018 10:40 EDT

Union Bayer-Monsanto: l'UE va donner son feu vert sous conditions

La Commission européenne va donner son feu vert, sous conditions, au rachat par l'allemand Bayer de l'américain Monsanto, spécialiste des pesticides et des OGM, ont indiqué mardi plusieurs sources européennes à l'AFP.

La commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, doit faire une annonce "mercredi" sur le rachat par Bayer de Monsanto, a précisé une source informée à Bruxelles. "Tout pointe dans la direction" d'un feu vert assorti de concessions de la part des entreprises, a précisé à l'AFP une autre source bruxelloise.

Ni la Commission européenne, gardienne de la concurrence dans l'UE, ni Bayer, interrogés par l'AFP, n'ont voulu confirmer ces informations.

L'exécutif européen avait annoncé en août l'ouverture d'une enquête approfondie, craignant que le mariage Bayer-Monsanto ne réduise la concurrence sur un marché déjà très concentré.

La Commission a théoriquement jusqu'au 5 avril pour rendre sa décision. Généralement, elle n'attend toutefois pas la date limite pour faire connaître son avis.

Elle a obtenu plusieurs concessions de Bayer, décidé à obtenir son feu vert. Ainsi, en octobre, le géant allemand avait annoncé céder pour près de 6 milliards d'euros d'activités agrochimiques à son compatriote BASF pour pouvoir convoler avec Monsanto.

Début mars, BASF avait en outre annoncé être en négociations exclusives pour racheter à Bayer l'ensemble de son activité de semences de légumes.

Le patron de Bayer, Werner Baumann, a fait savoir le mois dernier que s'il recevait le feu vert de Bruxelles, il pourrait finaliser le rachat de Monsanto au second trimestre.

La Commission européenne est sous pression des écologistes qui s'alarment de voir donner trop de pouvoir à un groupe fabriquant des OGM et le glyphosate, un désherbant controversé.

Dans une lettre à la commissaire Margrethe Vestager, publiée mardi, l'ONG Friends of the Earth Europe a mis en garde contre les conséquences de cette fusion sur l'environnement.

"Bloquer cette fusion profondément impopulaire serait un grand succès pour l'UE. Plus d'un million de citoyens ont exhorté Mme Vestager à bloquer cette fusion infernale", a rappelé l'ONG, qui table elle aussi sur une annonce mercredi.

clp/agr/glr