NOUVELLES
20/03/2018 09:52 EDT | Actualisé 20/03/2018 10:00 EDT

Rougeole: les anti-vaccin serbes dans le viseur de la justice

Le parquet serbe a ouvert mardi une enquête contre une quarantaine de personnes, dont des personnalités publiques, militant contre la vaccination contre la rougeole, qui a fait douze morts en trois mois dans ce pays.

Le bureau du procureur a lancé une procédure pour "établir s'il y a une responsabilité pénale" de ces personnes, selon un communiqué qui ne donne pas de nom.

En février, quelque 270 parents avaient porté plainte contre 43 personnes, dont la chanteuse de "turbo-folk" Jelena Karleusa, un écrivain ou encore un médecin, qui se sont publiquement exprimés contre la vaccination. Les plaignants les accusent d'avoir "semé la panique".

"Les célébrités doivent savoir qu'elles ont plus de responsabilités que des anonymes sur Facebook", a déclaré sur la chaîne N1 le Dr Tomislav Stevanovic, un des représentants des plaignants.

Plus de 3.800 cas de rougeole ont été recensés en Serbie (7,1 millions d'habitants) depuis le début de l'épidémie en octobre, selon l'Institut de la santé publique. Ce chiffre en fait un des pays les plus touchés, au regard de sa population.

Un homme de 30 ans avait été fin décembre le premier à succomber des suites de cette maladie contagieuse depuis 20 ans. Deux enfants de deux et de quatre ans sont depuis décédés.

Le ministre de la Santé Zlatibor Loncar a exhorté les parents à faire vacciner leurs enfants. "L'épidémie n'aurait jamais eu lieu s'ils avaient écouté les médecins et pas les célébrités", a-t-il déclaré, se disant toutefois satisfait d'une "augmentation nette" de la couverture vaccinale récemment.

Ce vaccin "peut-être dangereux pour beaucoup d'enfants et les parents doivent avoir le droit de choisir, comme dans le reste du monde!", avait notamment écrit dans un tweet Jelena Karleusa.

Le refus de la vaccination est passible en Serbie d'amende pouvant aller de 250 à 1.250 euros. Mais les condamnations sont rares.

ks/rus/ng/sg

Facebook