NOUVELLES
20/03/2018 09:25 EDT | Actualisé 20/03/2018 09:40 EDT

Mondiaux-2018 - Hanyu et Medvedeva pied à terre, Zagitova promise au trône

Un mois après son sacre olympique, à 15 ans seulement, la Russe Alina Zagitova est promise à l'or aux Championnats du monde de patinage artistique, à partir de mercredi à Milan (Italie), privés du Japonais Yuzuru Hanyu et de la Russe Evgenia Medvedeva, tenants du titre blessés.

. Hanyu soigne sa cheville

Premier patineur à conserver la couronne olympique depuis 66 ans mi-février aux Jeux de Pyeongchang au bout d'une étouffante course contre la montre, la faute à une cheville blessée trois mois plus tôt, l'icône japonaise a renoncé à défendre son titre mondial pour se soigner.

Son pari olympique relevé avec brio, "Yuzu" (23 ans) n'avait pas caché que sa cheville droite était loin d'être rétablie. "Franchement, par rapport au pire moment, la douleur ne s'est atténuée que de 20 à 30 %", avait-il évalué fin février à son retour de Corée, révélant avoir "réussi à obtenir la médaille d'or en prenant des antalgiques".

Selon la Fédération japonaise, "trois mois de rééducation" attendent le double champion du monde (2014 et 2017).

Hanyu sur le flanc, son compatriote Shoma Uno (20 ans), vice-champion olympique et du monde en titre, fait figure de principal prétendant à l'or, avec le jeune Américain Nathan Chen (18 ans), avide de revanche après sa désillusion olympique (5e après un programme court désastreux).

. Zagitova seule au monde

Comme Hanyu, Medvedeva (18 ans), double tenante du titre mondial et médaillée d'argent olympique, a été rattrapée par la blessure au pied droit qui l'avait déjà éloignée de la glace pendant deux mois fin 2017.

"Selon les médecins, j'ai besoin de deux mois supplémentaires pour guérir", a déclaré dernièrement Medvedeva. La patineuse, dont la "douleur a augmenté après son retour de Corée", "doit strictement limiter les lourdes charges sur son pied générées par les sauts pour éviter une éventuelle opération", a expliqué la Fédération russe.

Son absence laisse à Zagitova, sa toute jeune compatriote et partenaire d'entraînement à Moscou, le champ libre pour compléter sa collection d'or millésime 2017/2018, elle qui s'est déjà imposée cet hiver en finale du Grand Prix, aux Championnats d'Europe à Moscou et aux jeux Olympiques.

L'adolescente deviendrait alors la première patineuse à réaliser le doublé JO-Mondiaux la même année depuis l'Américaine Kristi Yamaguchi en 1992.

. Papadakis et Cizeron sans rivaux

A Helsinki l'hiver dernier, les revenants canadiens Tessa Virtue et Scott Moir avaient privé les jeunes danseurs français Gabriella Papadakis (22 ans) et Guillaume Cizeron (23 ans) d'un troisième sacre mondial consécutif.

En Corée mi-février, ce sont encore Virtue et Moir qui se sont parés d'or, olympique cette fois, au bout d'une compétition marquée par une mésaventure vestimentaire de Papadakis, dont le haut s'est malencontreusement décousu et dégrafé dès les premiers instants de la danse courte.

Le duo canadien absent sur la glace italienne, l'or mondial est promis samedi au tandem français.

"Vu ce qui s'est passé (aux JO), ça va nous permettre d'avoir une autre chance de performer, surtout la danse courte, de la façon dont on voulait le faire", a estimé Papadakis auprès de l'AFP.

. Le doublé pour Savchenko/Massot ?

Au contraire de Papadakis et Cizeron, leurs jeux Olympiques ont ressemblé à un conte de fées. Sacrés en couples sous les couleurs de l'Allemagne, l'Ukrainienne Aljona Savchenko (34 ans) et le Français Bruno Massot (29 ans) peuvent désormais croire au doublé, pour ce qui devrait vraisemblablement être leur dernière compétition. D'autant que les deux autres couples médaillés sur la glace olympique, les Chinois Wenjing Sui et Cong Han et les Canadiens Meagan Duhamel et Eric Radford (retraités), manquent à l'appel.

Si Massot n'a encore jamais été médaillé d'or mondial, Savchenko compte elle cinq couronnes coiffées avec son ex-partenaire Robin Szolkowy.

Pour le couple allemand, gare toutefois aux Russes Evgenia Tarasova et Vladimir Morozov, ou encore aux Français Vanessa James et Morgan Ciprès et aux Chinois Xiaoyu Yu et Hao Zhang.

es/ps