NOUVELLES
20/03/2018 14:42 EDT | Actualisé 20/03/2018 23:03 EDT

Matchs des Blue Jays: evenko n'est pas inquiet de la vente des billets

MONTRÉAL — Jacques Aubé l'admet d'emblée: il avait peut-être mis la barre un peu trop haute en croyant pouvoir vendre 95 000 billets pour les deux matchs préparatoires que les Blue Jays de Toronto livreront aux Cardinals de St. Louis, lundi et mardi.

«Mon expertise est moins grande en baseball, c'est la façon que je dois le prendre!, a lancé en riant le vice-président exécutif et chef de l'exploitation d'evenko, promoteur des deux rencontres, en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne. Ce n'est pas parce qu'on a mis moins d'ardeur à les vendre, en publicité, etc. Ce n'est pas de la faute des Jays non plus, même s'ils ont eu une saison plus difficile.»

Fidèle à son habitude, Aubé n'a pas voulu donner de chiffres préliminaires, mais il estime que les deux matchs en soirée attireront au moins 50 000 spectateurs.

«D'après moi on va faire 25 000 par jour et j'espère 30 000 par jour, a-t-il déclaré. Ce que j'apprends aussi, c'est que c'est plutôt normal pour un lundi et un mardi ce genre de chiffres. J'aurai sûrement moins de gens qui vont venir de l'extérieur de la ville (que lors des week-ends). L'historique des Expos nous démontre également que même quand ceux-ci étaient très populaires, les lundis et mardis l'étaient moins. Alors, peut-être que j'avais mal fait mes devoirs de mon côté, mais c'est normal comme foule. Si on fait entre 25 000 et 30 000, je pense que ça va être très bon.»

Les quatre premières éditions de ces séries de matchs préparatoires ont attiré 394 199 spectateurs au Stade olympique, dont près de 106 000 pour la série de deux rencontres entre les Jays et les Red Sox de Boston, en 2016. À chaque fois, il a été noté qu'il s'agissait d'un message fort envoyé aux autorités du Baseball majeur en faveur du retour d'une équipe à Montréal. Aubé estime que les chiffres de cette année abondent dans le même sens.

«Je pense que ça envoie un message aussi fort pour des matchs en début de semaine, a-t-il noté. Puis, ça ne veut pas dire que l'an prochain, je n'essaierai pas de retourner à la formule week-end. J'aimerais ça.»

Croit-il que ce sera plus coûteux?

«J'espère que non, mais est-ce que deux jours plus tôt, c'est vraiment dérangeant pour ces clubs-là. C'est à voir.»

Certains observateurs et amateurs de baseball ont parlé d'un désintéressement envers la formule des matchs préparatoires. Aubé assure que non.

«C'est plutôt l'horaire qui fait que nous n'avons pas les mêmes chiffres. M. (Denis) Coderre faisait une différence: c'était un gros fan. Mme (Valérie) Plante n'est pas contre le baseball, mais elle est moins enthousiaste que M. Coderre. Je n'ai pas senti un désintéressement!»

C'est le changement au calendrier du Baseball majeur qui a forcé le déplacement de cette série du vendredi et samedi au début de semaine, puisque le calendrier régulier sera lancé jeudi au lieu du dimanche suivant ces rencontres cette saison.

Quant à des matchs de saison régulière, il laisse ça au groupe dirigé par Stephen Bronfman.

«Nous n'avons pas eu d'autres discussions avec le Baseball majeur. C'est surtout le groupe d'investisseurs qui pilote ce dossier. La décision va se prendre au niveau de la ligue, qui est au courant de l'intérêt. Mais comme ce sont plutôt les investisseurs potentiels qui étaient intéressés,  j'ai laissé aller.

«C'est notre projet, mais on travaille étroitement avec eux autres, a-t-il ajouté. Ce sont eux qui veulent le retour du baseball. Je les tiens informés, c'est clair. C'est un travail d'équipe. C'est indépendant, mais relié, si vous voyez ce que je veux dire.»

L'association avec les Blue Jays pour la présentation de ces rencontres est encore valide pour 2019. Aubé est par contre convaincu qu'il pourra s'entendre avec la formation torontoise pour la prolonger.

«D'année en année, on révise cette entente. Ce sont de beaux succès. Les Jays veulent développer le marché, alors je ne sens aucune baisse d'enthousiasme de leur côté. Avec (l'ex-président Paul) Beeston, c'était spécial, mais la relation est toujours aussi bonne avec la nouvelle administration.

«Je ne suis pas du tout inquiet pour l'avenir (de ces matchs). Il y a un marché pour le baseball et on donne toujours un bon show.»