NOUVELLES
20/03/2018 03:08 EDT | Actualisé 20/03/2018 03:20 EDT

La CEDH rejette une demande de l'Irlande pour réviser un arrêt

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a rejeté mardi la demande du gouvernement irlandais de rouvrir un dossier d'allégations de tortures de détenus irlandais par l'armée britannique en 1971, pendant le conflit nord-irlandais.

Selon les juges, les éléments présentés par l'Irlande lors de sa demande de révision, déposée en 2014, sont insuffisants pour conclure à des actes de tortures et réviser un arrêt rendu par la Cour en 1978 ayant condamné le Royaume-Uni pour traitements inhumains et dégradants pour ces faits.

L'Irlande espérait une requalification des mauvais traitements infligés à 14 hommes, détenus sans procès en 1971 pendant les troubles en Irlande du Nord.

Lors d'interrogatoires, ces détenus avaient été battus, forcés de rester debout contre un mur pendant de longues périodes dans des positions douloureuses, privés d'eau, de nourriture et de sommeil et soumis au bruit.

La décision de rouvrir l'affaire des 14 détenus, surnommés "les hommes cagoulés", faisait suite à des avis juridiques et à la publication de milliers de documents, arguant notamment que les sévices infligés avaient entraîné des séquelles à long terme pour les victimes.

"Il n'est pas évident que le seul élément des souffrances psychiatriques à long terme aurait incité la Cour à qualifier les traitements incriminés de torture", ont estimé les juges qui, par six voix contre une, ont rejeté la demande de révision.

En outre, les autres documents apportés au dossier "ne dévoilent aucun fait qui aurait été inconnu" de la Cour à l'époque du précédent arrêt, ont-il souligné. Seul le juge élu au titre de l'Irlande a émis une opinion dissidente.

Les trois décennies d'attentats à la bombe et de violence armée en Irlande du Nord ont fait quelque 3.000 morts depuis la fin des années 1960. En 1998, un accord historique a apporté une paix fragile dans cette région.

fd/jlc/lch