NOUVELLES
20/03/2018 09:03 EDT | Actualisé 20/03/2018 09:20 EDT

Iran: Zarif dénonce les "insultes absurdes" de Trump à l'occasion de Norouz

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a dénoncé mardi les "insultes absurdes" du président américain Donald Trump qui a violemment attaqué la République islamique dans son message à l'occasion du nouvel an iranien Norouz.

"Avec une civilisation millénaire, les Iraniens ont une profondeur historique pour ignorer les insultes absurdes d'un leader arriviste, dont l'entière compréhension de l'histoire, de la politique et de la diplomatie peut se condenser en 280 caractères", a tweeté M. Zarif.

M. Trump a affirmé dans son message à l'occasion de Norouz, qui marque aussi l'arrivée du printemps ce mardi 20 mars, que le peuple iranien fait face à un nouveau défi dans son histoire c'est-à-dire "des dirigeants qui servent (leurs intérêts) au lieu de servir le peuple", selon un communiqué de la Maison Blanche.

Il a aussi dénoncé les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne.

"Il y a vingt-cinq siècles, Darius le grand (grand roi de l'Empire Perse, ndlr) a demandé à Dieu de protéger l'Iran de trois dangers: les armées hostiles, la sécheresse et le mensonge. Aujourd'hui, les Gardiens de la révolution représentent tous les trois" dangers, a affirmé M. Trump.

Depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2017, M. Trump n'a cessé de durcir le ton à l'égard de Téhéran, en dénonçant l'accord nucléaire avec les grandes puissances, mais aussi le programme balistique et la politique régionale de l'Iran.

M. Trump, pour qui il s'agit d'un des pires accords jamais accepté par les États-Unis, a donné jusqu'au 12 mai aux Européens pour remédier aux "terribles lacunes" de ce texte conclu en 2015, faute de quoi Washington en sortira et réintroduira des sanctions contre l'Iran.

Les grandes puissances signataires du texte avec l'Iran et les Etats-Unis (Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) considèrent l'accord comme une victoire historique pour la non-prolifération nucléaire après plus de dix ans de tensions.

Téhéran répète inlassablement qu'il est hors de question de changer une virgule du texte.

sgh/hj