NOUVELLES
20/03/2018 07:50 EDT | Actualisé 20/03/2018 08:00 EDT

Ex-espion empoisonné: les propos russes contre la Suède n'étaient qu'une "supposition" (ambassadeur russe)

Les allégations russes selon lesquelles la substance ayant empoisonné l'ex-espion au Royaume-Uni aurait été produite en Suède, n'étaient qu'une hypothèse et non une accusation, a déclaré mardi l'ambassadeur russe en Suède.

L'ambassadeur Viktor Tatarintsev a été convoqué au ministère suédois des Affaires étrangères après que Moscou eut suggéré que la nation nordique avait peut-être produit l'arme chimique dont a été victime le 4 mars un ex-agent double russe et sa fille, réfugiés au Royaume-Uni.

M. Tatarintsev a fait savoir que les propos ne devaient pas être interprétés comme une accusation.

"C'était juste un commentaire, une supposition, pas une explication officielle", a déclaré le diplomate au quotidien suédois Expressen après sa rencontre avec la directrice générale des affaires politiques du ministère, Anna-Karin Eneström.

Samedi, les autorités russes, qui ont affirmé ne jamais avoir développé l'agent innervant mis en cause dans l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille dans la ville anglaise de Salisbury, avaient cité la Suède parmi plusieurs pays ayant pu, selon elles, produire cette arme.

"La source la plus probable de cette attaque chimique est les pays qui, depuis la fin des années 90 et encore à l'heure actuelle, mènent d'intenses recherches sur les substances du projet +Novitchok+", avait déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

"Ces pays, ce sont la Grande-Bretagne, la Slovaquie, la République tchèque, la Suède. Au sujet des Etats-Unis, il faut aussi se poser la question", avait-elle ajouté.

La ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström a rejeté sur son compte Twitter une "allégation inadmissible infondée". "La Russie devrait plutôt répondre aux questions du Royaume-Uni", a-t-elle ajouté.

Les autorités tchèques et slovaques ont également rejeté ces accusations.

po/hdy/lpt