NOUVELLES
20/03/2018 11:37 EDT | Actualisé 20/03/2018 12:00 EDT

Espagne: plainte de policiers après la mort controversée d'un Sénégalais

Un syndicat de police espagnol a porté plainte contre des personnalités de gauche ayant, selon le syndicat, accusé à tort la police d'être impliquée dans la mort d'un vendeur à la sauvette sénégalais, a annoncé mardi un porte-parole.

La mort de Mame Mbaye Ndiaye jeudi, qui avait déclenché de violentes manifestations dans la capitale espagnole, a dorénavant pris une tournure politique, l'opposition de droite à la mairie de Madrid accusant la gauche d'avoir mis de l'huile sur le feu.

Mbaye Ndiaye, trentenaire sénégalais, s'est effondré dans son quartier de Lavapiés, dans le centre de Madrid, et les services d'urgence, qui ne sont pas parvenus à le réanimer, assurent qu'il est mort d'un arrêt cardiaque.

Les vendeurs de rue soutiennent quant à eux qu'il est mort après avoir été pourchassé par la police.

Quelques heures après sa mort, des médias avaient rapporté qu'il avait été interpellé par la police avec d'autres vendeurs à la sauvette sur la place centrale de la Puerta del Sol, puis poursuivi dans les rues.

Plusieurs personnalités de gauche avaient relayé cette version, comme Juan Carlos Monedero, fondateur du parti Podemos et connu pour ses positions radicales.

Rommy Arce, membre de l'équipe municipale qui dirige Madrid, avait comparé la mort de Mbaye Ndiaye à celle d'une Dominicaine tuée en 1992 à Madrid par un policier.

Furieux, des vendeurs à la sauvette accompagnés d'autres manifestants s'étaient rendus à Lavapiés pour un rassemblement de protestation qui avait tourné à l'affrontement violent avec les forces de l'ordre. Des poubelles et des vélos avaient été incendiés.

Mais la police conteste cette version des faits.

Un syndicat de policiers municipaux a porté plainte contre Malick Gueye, porte-parole d'une association de vendeurs de rue, Juan Carlos Monedero et Rommy Arce. Ce syndicat les accuse de "haine envers la police", selon son porte-parole Esteban Tejedor.

Mbaye Ndiaye "n'était pas poursuivi depuis la Puerta del Sol. Cet homme marchait, il a rencontré un ami et rentrait chez lui parce qu'il disait se sentir mal", assure Esteban Tejedor. Des policiers en patrouille ont été appelés à l'aide quand il s'est effondré et ont tenté de le réanimer en attendant l'arrivée des secours, sans succès, dit-il.

Une version des faits également soutenue vendredi lors d'une conférence de presse par le responsable de la sécurité de la mairie de Madrid, Javier Barbero.

"Une des choses que nous dénonçons, c'est que la mairie avait connaissance de ces faits bien avant la conférence de presse", déclare Esteban Tejedor.

Il assure que Mbaye Ndiaye ne se trouvait pas à la Puerta del Sol au moment de l'intervention policière, ce que des vendeurs de rue ont encore contesté mardi.

mbx/av/jh