NOUVELLES
20/03/2018 13:01 EDT | Actualisé 20/03/2018 14:21 EDT

Pour Trump, les poseurs de bombe du Texas sont «des malades»

Il faut les «retrouver aussi vite que possible».

Le président américain Donald Trump a dénoncé mardi les "malades" auteurs des attentats à la bombe au Texas qui ont fait deux morts et plusieurs blessés, une série qui serait sans "lien apparent" avec le terrorisme, selon la Maison-Blanche.

Ces déclarations sont intervenues quelques heures après l'explosion, tôt mardi matin, d'un colis dans un centre de tri de Fedex près de San Antonio, au Texas.

"Les attentats à la bombe à Austin sont terribles", a déclaré Donald Trump à la presse à Washington, en qualifiant leurs auteurs de "gens malades". "Nous devons les retrouver aussi vite que possible", a-t-il ajouté.

La porte-parole de M. Trump, Sarah Sanders, avait indiqué plus tôt qu'il n'existait "pas de lien apparent avec le terrorisme à ce stade", alors que la police texane est à la recherche d'un poseur de bombes en série à Austin.

Selon le Washington Post, le colis, qui a explosé mardi matin était destiné à une adresse à Austin - la capitale de l'Etat - où quatre explosions, dont la dernière dimanche, ont fait deux morts et quatre blessés depuis le début du mois.

La police fédérale a indiqué dans la matinée qu'elle ne faisait pas de lien à ce stade entre l'explosion qui a eu lieu dans la ville de Schertz, près de San Antonio et celles d'Austin.

La police de Schertz a indiqué sur sa page Facebook que le colis avait explosé dans la partie où se fait le tri et "qu'une personne a été soignée sur place avant de repartir". Elle n'a pas précisé la destination du colis.

Le FBI comme l'ATF, l'agence fédérale qui régule les armes à feu et les explosifs, se sont également rendus sur place, a tweeté le bureau du FBI de San Antonio, indiquant que personne n'avait été blessée.

A Austin, des centaines de policiers locaux et agents fédéraux traquent un poseur de bombes en série, pour l'heure sans succès. La plus récente attaque, dimanche soir, a révélé un nouveau mode opératoire, plus sophistiqué, le colis piégé ayant été déclenché par un fil. Les bombes dissimulées dans des paquets étaient jusque-là déposés directement devant les habitations des victimes.

La police avait d'abord évoqué la piste de crimes racistes après les trois premières explosions, toutes les victimes étant noires ou hispaniques, mais la quatrième explosion a blessé deux hommes blancs, laissant penser aux enquêteurs que les cibles visées étaient "aléatoires".

Les précédents colis piégés ont tué deux Noirs, un homme de 39 ans le 2 mars et un jeune homme de 17 ans le 12 mars. Cette dernière explosion avait également blessé une femme. Plus tard le 12 mars, un autre colis piégé avait grièvement blessé une femme hispanique âgée de 72 ans.

Les autorités ont promis une récompense à hauteur de 115 000 dollars pour toute information sur l'identité du ou des suspects, et appelé la population à lui communiquer tout enregistrement de vidéosurveillance.

Deux des quatre explosions ont coïncidé avec le grand festival culturel SXSW, qui se tenait du 9 au 18 mars, attirant 500 000 personnes dont de nombreuses célébrités dans cette ville de près d'un million d'habitants.