NOUVELLES
20/03/2018 08:08 EDT | Actualisé 20/03/2018 08:20 EDT

Brexit : Tusk n'a pas encore de soutien de tous les 27 sur l'accord de transition

Le président du Conseil européen Donald Tusk a déclaré mardi ne pas encore avoir, à deux jours d'un sommet de l'UE, le soutien de la totalité des Etats membres sur les termes de la transition post-Brexit dévoilés la veille.

"Hier, nos négociateurs ont trouvé une solution sur plusieurs parties de l'accord de retrait. Est-ce que tous les 27 Etats membres peuvent le saluer lors du Conseil européen, cela reste ouvert", écrit M. Tusk, qui préside l'instance regroupant les chefs d'Etat ou de gouvernement européens, dans sa lettre d'invitation pour le sommet qui aura lieu jeudi et vendredi à Bruxelles.

"J'ai encore besoin de quelques heures pour consulter certains des Etats membres les plus inquiets", précise-t-il.

Les dirigeants européens se retrouveront à 27 vendredi matin, sans la Première ministre britannique Theresa May, pour "évaluer les progrès dans les négociations avec le Royaume-Uni et adopter les lignes directrices" qui guideront la Commission pour discuter du cadre de la future relation entre les deux parties.

Donald Tusk ne précise pas quel point des parties du projet de traité de retrait pose problème, ni à quels Etats membres.

Mais le Polonais insiste sur le fait que la défense des droits des citoyens "sera toujours la priorité numéro 1 de l'UE".

"Et nous avons réussi. Les citoyens européens seront complètement protégés des conséquences du Brexit", assure-t-il.

Les Européens ont notamment obtenu que les citoyens britanniques et européens des 27 qui arriveront pendant la période de transition bénéficient des mêmes droits et des mêmes garanties que ceux qui sont arrivés avant le jour du Brexit.

Le principal point d'achoppement dans les négociations entre Londres et Bruxelles reste la question de la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

Le fait que les Britanniques aient accepté d'avoir sur la table toutes les options, y compris celle de la création d'un "espace règlementaire commun" incluant l'UE et l'Irlande du Nord, "est de bon augure pour le reste des négociations", souligne M. Tusk.

mla/agr/bds