POLITIQUE
19/03/2018 16:33 EDT | Actualisé 19/03/2018 16:33 EDT

Tramway à Québec: un projet «intéressant», mais «perfectible» selon la CAQ

Ils ont réagi 72 heures après la présentation du projet.

LA PRESSE CANADIENNE

QUÉBEC – La Coalition avenir Québec (CAQ) a attendu 72 heures pour finalement dire que le projet de transport en commun «structurant» du maire Régis Labeaume aura leur appui – avec quelques bémols - s'ils forment le gouvernement le 1er octobre.

Éric Caire, député de La Peltrie et porte-parole du parti pour la Capitale-Nationale, estime que des modifications sont nécessaires afin qu'il y ait une interconnexion avec la Rive-Sud de Québec. Il croit aussi que le projet de transport en commun doit être connecté avec le futur troisième lien qui connectera les deux rives vers l'est.

«C'est un très beau projet, a fait valoir le chef François Legault, en marge d'un discours à Montréal. C'est un projet futuriste, moderne, qui dessert les banlieues de Québec. Il y a un problème important : c'est que Philippe Couillard n'a pas exercé son leadership pour arrimer le projet avec le transport en commun à Lévis et avec le troisième lien.»

On est très, très, très conscients que ce qu'on dit ne plaira pas, en tout cas, dans un premier temps, à des gens qui seraient favorables à la Coalition avenir Québec.- Éric Caire

M. Caire, qui était accompagné de ses collègues Geneviève Guilbault (Louis-Hébert), François Paradis (Lévis) et Marc Picard (Chutes-de-la-Chaudière) admet que certains électeurs lui ont fait savoir que si la CAQ appuyait le projet de tramway de l'administration Labeaume, ils lui tourneraient le dos. C'est pourquoi ses collègues et lui ont attendu jusqu'à lundi pour faire connaître leur position.

«On est très, très, très conscients que ce qu'on dit ne plaira pas, en tout cas, dans un premier temps, à des gens qui seraient favorables à la Coalition avenir Québec. Mais en même temps je pense que, comme élus, on a ce devoir de faire connaître notre opinion. On a pris le temps d'y réfléchir, on a pris le temps de penser à notre affaire.»

«On arrive à la conclusion que bien que perfectible - et nous nous assurerons qu'il est perfectionné - le projet est intéressant pour la ville de Québec», a conclu le député.

Dépassements de coûts?

Le projet de tramway présenté par la Ville de Québec coûtera près de trois milliards de dollars. Ottawa pourrait financer environ 40% du projet – soit 1,2 milliard – alors que Québec assumera sans doute le reste de la facture – 1,8 milliard.

Pour M. Caire, il n'est pas question que le palier provincial dépense un sou de plus dans ce projet. «C'est le montant maximum que nous mettrons sur ce projet-là», a-t-il confirmé.

Vendredi dernier, M. Labeaume réfutait d'ailleurs les hypothèses qui voulaient que son projet de transport en commun connaisse une explosion de coûts, comme plusieurs chantiers d'envergure. Il disait que ses estimations étaient «très, très près des coûts réels».

Même si un troisième lien pourrait coûter lui aussi très cher, la CAQ dit que Québec n'a pas à choisir entre le transport en commun et un troisième lien pour les voitures.

«L'engagement que nous prenons, c'est d'abord de donner à Québec sa part, tranche M. Caire. Je n'ai jamais entendu personne se poser la question à Montréal, est-ce que le REM c'est trop, alors qu'on a le pont Champlain, alors qu'on a l'échangeur Turcot, la ligne bleue, la ligne rose?»

«Je pense que Québec mérite sa part des investissements, je pense que Québec a besoin d'un système de transport collectif qui est efficace et je pense que ce système de transport collectif là doit être connecté à un troisième lien et que le projet de troisième lien est tout aussi incontournable que l'amélioration du transport collectif.»

À voir aussi sur le HuffPost Québec: