POLITIQUE
19/03/2018 17:40 EDT | Actualisé 19/03/2018 17:40 EDT

Montréal dévoile la composition de sa Table sur la diversité

Quinze experts devront mettre en oeuvre les recommandations du rapport sur le profilage racial et social

Olivier Robichaud

La Ville de Montréal crée un groupe de 15 experts pour régler divers problèmes affectant la diversité montréalaise. Ils devront notamment trouver comment embaucher davantage de personnes issues des minorités et mettre en oeuvre les recommandations du rapport sur le profilage racial et social.

La nouvelle Table sur la diversité a été promise par la mairesse Valérie Plante après le dévoilement de son comité exécutif, qui ne compte aucun élu issu des minorités visibles. L'administration Plante a d'ailleurs été critiquée pour son manque de diversité par certains opposants, mais aussi par son ancien candidat à la mairie de Montréal-Nord, Balarama Holness.

La table sera présidée par Myrlande Pierre, chercheure à l'UQÀM spécialisée en immigration et en discrimination systémique.

«C'est avec enthousiasme et espoir que mes collègues et moi entendons réaliser ce mandat. [...]L'une de nos grandes préoccupations sera d'assurer l'égalité réelle et la pleine participation de toutes les citoyennes et de tous les citoyens au développement économique, social et culturel de Montréal, en nous attaquant aux discriminations directes, indirectes et structurelles.»

La slameuse Queen Ka fait aussi partie de la table, tout comme l'ancien policier et fondateur de Montréal-Nord Républik, Will Prosper. Tous deux ne pouvaient toutefois pas être présents lundi, lors de l'annonce de la composition de la table.

Embaucher des minorités

Selon la mairesse Plante, la Table sur la diversité devra créer un plan d'action qui portera sur quatre enjeux. Le premier sera l'employabilité et la formation des employés de la Ville.

La Ville de Montréal, tout comme une bonne partie du secteur public québécois, a été critiquée à plusieurs reprises pour son manque de diversité. Environ une personne sur trois n'a pas la peau blanche à Montréal, mais seulement 12% des employés de la Ville font partie d'une minorité visible.

«Le personnel de la Ville doit refléter la diversité de sa population et doit avoir une réelle connaissance de l'héritage autochtone de notre ville», affirme la mairesse.

Celle-ci souligne avoir déjà triplé le budget pour le parrainage professionnel, qui est passé de 500 000$ à 1,5 M$.

Redondant?

Lionel Perez, chef de l'opposition, dit «prendre acte» de la composition de la Table sur la diversité. Il se demande toutefois pourquoi la mairesse tenait à donner ce mandat à un nouveau groupe, alors que la Ville compte déjà sur l'expertise du Conseil interculturel de Montréal (CIM).

«Pour nous, le CIM avait beaucoup de connaissances et avait publié énormément de rapports sur la majorité, sinon la totalité, des enjeux sur lesquels [la mairesse] veut aller de l'avant», souligne-t-il.

Selon Mme Plante, la Ville avance déjà sur l'une des priorités données à Myrlande Pierre et ses collègues. Des discussions ont lieu avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour mettre en place certaines des recommandations du rapport sur le profilage racial et social, dont la collecte de données sur la race ou l'ethnie des personnes interpellées.

La mairesse affirme tout de même que la nouvelle table se penche également sur ce sujet «pour que le comité ait accès à l'ensemble des informations».

Outre le profilage et l'emploi, la table devra se pencher sur la situation économique des personnes issues de la diversité, ainsi que leur représentation dans les espaces politiques, les espaces citoyens et le monde de la culture.

VOIR AUSSI: