NOUVELLES
19/03/2018 13:45 EDT | Actualisé 19/03/2018 16:20 EDT

En Chine, les personnes avec une faible «note sociale» ne pourront plus prendre l'avion ou le train

Le pays va encore plus loin que la dystopie imaginée dans la série «Black Mirror».

Mal garer un vélo, fumer dans un espace public, être grossier... Ces incivilités font baisser la "note sociale" attribuée à chaque citoyen chinois, et pourront bientôt en empêcher certains de prendre le train ou l'avion. La Chine a annoncé qu'elle allait commencer à appliquer, à partir du mois de mai, de (nouvelles) restrictions pour les personnes avec une "note sociale" basse, annonce Reuters le 16 mars.

Depuis 2014, le pays travaille sur un système de notation des citoyens qui sera complètement opérationnel et obligatoire en 2020. La note sera attribuée en fonction du comportement, du casier judiciaire, mais aussi de la situation financière, de la civilité - des opinions politiques - et globalement de tous les faits et gestes. Dans moins de deux mois, les personnes qui auront une note trop basse seront ainsi interdites d'avion ou de train.

Depuis plusieurs années déjà, le gouvernement du désormais indéboulonnable Xi Jinping, limitait les déplacements des citoyens trop endettés. Le choix des restrictions se base sur une liste noire des "débiteurs" établie par la Cour populaire suprême en 2013. Selon Reuters, les personnes figurant dans la liste peuvent voir leur accès restreint dans les hôtels de luxe ou la fréquentation de clubs de golf. Ou encore rencontrer des difficultés pour inscrire leurs enfants dans des écoles cotées, faire des achats en ligne ou faire une demande carte de crédit.

Désormais, les petites incivilités pourront aussi faire descendre la note des personnes concernées. L'accès limité aux transports n'est que la dernière sanction en date, indique The Verge, parmi d'autres déjà imposées à plus de sept millions de Chinois.

Sanctionnés pour des excuses "pas sincères"

Il est très simple de voir sa note descendre en flèche. Peuvent perdre des points les citoyens qui ont donné de "fausses alertes sur le terrorisme", causé des "problèmes" sur des vols, utilisé des billets de trains expirés, fumé dans un espace public, mal garé leurs vélos ou qui ont présenté des excuses qui ne sont pas jugées "sincères".

"Les autorités gouvernementales chinoises espèrent clairement créer une réalité dans laquelle les mesquineries bureaucratiques pourraient considérablement limiter les droits des personnes. À mesure que le pouvoir du président Xi Jinping prendra de l'ampleur et que le système approche de sa pleine mise en œuvre, d'autres abus viendront", assénait Maya Wang de l'ONG Human Rights Watch.

Ce système de notation est au cœur de l'intrigue d'un épisode de la série "Black Mirror", "Chute libre", dans lequel les citoyens se notent entre eux. Ceux qui ont de mauvaises notes finissent en marge de la sociétés, parias.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

Voir aussi: