POLITIQUE
16/03/2018 13:15 EDT | Actualisé 16/03/2018 17:20 EDT

Un imposant projet de transport en commun à Québec d’ici 2026

Le tramway et les autobus rapides relieront le centre-ville et les banlieues.

QUÉBEC – La Ville de Québec aura un imposant projet de transport en commun «structurant», d'une valeur de 3,3 milliards de dollars, qui comprendra un réseau de tramway, des trambus et de nouveaux pôles économiques, qui vont relier le centre-ville et les banlieues.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, rayonnait lors de la présentation de son projet, qui se faisait attendre depuis les élections municipales. «Le premier ministre [Philippe Couillard] m'a dit à un moment donné: "Régis, il faut voir loin, il faut voir gros." Il ne me l'a pas dit deux fois.»

La ligne de tramway, d'une longueur de 23 km, dont 3,5 km en tunnels, partira du futur magasin IKEA dans Sainte-Foy. Il ira vers le sud vers le chemin des Quatre-Bourgeois, pour ensuite se rendre à la gare d'autobus Orléans Express à Sainte-Foy.

Le tracé prévoit ensuite d'aller en direction du boulevard Laurier – où le tramway serait au centre des voies automobiles. Il n'est toutefois pas question de nuire aux automobilistes, puisque la Ville ajoutera une voie dans la direction est.

L'Université Laval aura une station majeure, où le tramway et les trambus se rejoindront afin de permettre aux étudiants de se rendre à leurs cours rapidement. Le tramway empruntera ensuite le boulevard René-Lévesque et plongera sous terre au croisement de l'avenue des Érables.

Quatre stations souterraines sont prévues au centre-ville, soit sur l'avenue commerciale Cartier, au Grand Théâtre, sur la colline parlementaire et le Centre des congrès, ainsi qu'à la Place d'Youville. Une façon, selon les concepteurs du projet, de désengorger le secteur où des milliers de fonctionnaires se rendent au travail chaque jour.

Le tramway reviendra à la surface dans le parc Saint-Roch. Il ira ensuite jusqu'au pôle d'échange Croix-Rouge, puis au nord vers la 41e rue pour finir au boulevard Louis-XIV à Charlesbourg.

La Ville a prévu une ligne vers la Rive-Sud de Québec en pointillé, mais aucun plan concret n'a été avancé en ce sens pour le moment. Le premier ministre Couillard a enjoint le maire de Lévis à «embarquer dans le train» afin de faire partie du projet.

Les futurs tramways et autobus rapides de Québec

...et des «trambus»

La Ville prévoit aussi un service d'autobus rapides d'une longueur de 17 kilomètres pour compléter le réseau.

Ces « trambus » circuleront eux aussi dans Sainte-Foy et l'Université Laval, mais frôleront le secteur Saint-Sauveur. Ces autobus rapides desserviront aussi Beauport et D'Estimauville.

Les étudiants des cégeps Sainte-Foy, Garneau et Champlain St. Lawrence seront ainsi capables de se rendre en cours en transport en commun.

À partir de Saint-Roch, il sera possible de se rendre jusqu'à proximité du centre Vidéotron, pour aller voir un spectacle ou assister à une joute des Nordiques – s'ils reviennent à Québec.

Comment ça va fonctionner?

Le tramway sera en fonction de 5h à 1h le matin, chaque jour – à l'instar du métro de Montréal. Il passera à chaque trois à cinq minutes en période de pointe, puis à chaque 10 à 15 minutes les soirs et les fins de semaine. Il est estimé qu'il y aura 260 passagers par véhicule.

Les trambus suivront le même horaire à haute fréquence, mais pourront transporter jusqu'à 150 passagers par véhicule.

Au total, les concepteurs du projet estiment qu'il y aura 12 600 voitures de moins sur les routes tous les jours.

Côté coûts pour les passagers, la Ville prévoit que la grille tarifaire restera sensiblement la même qu'avec le système d'autobus actuel, mais en suivant l'inflation.

La Presse canadienne/Jacques Boissinot
Philippe Couillard et Régis Labeaume lors de l'annonce du projet de transport en commun «structurant».

Un projet de 3,3 G$

Au total, le projet de transport en commun dévoilé vendredi coûtera 2,9905 milliards de dollars, payé par Québec et Ottawa. La Ville de Québec estime que ce sera au gouvernement provincial de prévoir le partage entre les deux paliers de gouvernement.

La Ville de Québec prévoit débourser 300 millions de dollars supplémentaires, surtout en frais d'aménagement.

Côté échéancier, la Ville estime que la conception, les plans et les appels d'offres se poursuivront jusqu'en 2021. De 2022 à 2025, il y aurait des travaux et du rodage, pour une mise en service partielle en 2025.

En 2026, Québec devrait être en mesure de rendre le projet en entier accessible aux usagers.

YouTube/QuebecVille
Les trajets du transport en commun «structurant».