DIVERTISSEMENT
15/03/2018 20:00 EDT | Actualisé 15/03/2018 20:00 EDT

Patrick Huard, juge en quête de justice dans «Les Honorables»

La nouvelle série du Club illico.

Paméla Lajeunesse

Tout parent s'est déjà posé cette question. Quelle serait votre réaction si on faisait du mal à votre enfant? Auriez-vous la pulsion de vouloir vous faire justice vous-même? Et, si oui....de quelle façon?

Ce dilemme moral est le point de départ de la nouvelle série Les Honorables, que Club illico rendra disponible intégralement sur sa plateforme au début de l'hiver 2019.

Écrit par Jacques Diamant (Toute la vérité, Ruptures) et réalisé par Louis Choquette (This Life, Mirador, Le Gentleman, Tabou, Deux frères, etc), ce «drame familial sur fond de thriller», a-t-on détaillé en conférence de presse, jeudi, mettra en vedette Patrick Huard dans le rôle de Ludovic Dessureaux, un juge et père de famille assoiffé de vengeance après que le présumé assassin de sa fille eut été acquitté à l'issue de son procès, faute de preuves.

Les deux éléments les plus importants de sa vie – son clan de trois enfants et son idéal de faire régner la justice, qu'il prône notamment dans son métier – étant sur le point de lui échapper, de quelle façon cet homme droit craquera-t-il? Et comment se reconstruiront-ils, les siens et lui?

Retour pour Huard

Il s'agit, avec Les Honorables, d'un retour pour Huard au petit écran, près de 10 ans après la fin de la comédie Taxi 0-22, son dernier engagement régulier à la télévision. Le célèbre Rogatien avait donné ses derniers coups de volant en 2009.

Depuis, le comédien, auteur, humoriste - et alouette! - a gagné en maturité, ses tempes ont grisonné et il est, aux dires de la productrice Josée Vallée, de Sphère Média (L'Imposteur, Hubert et Fanny, Nouvelle adresse, 19-2, etc), et de la direction de Club illico, le candidat parfait pour prêter corps à ce personnage complexe et riche en nuances.

«On cherchait un père de famille, quelqu'un qui avait la prestance nécessaire pour jouer le rôle d'un juge, et on trouvait super intéressant, quand Louis Choquette nous a proposé son nom, de voir Patrick dans un autre registre. Ça nous a plu tout de suite. D'entrée de jeu, on était enchantés. C'est le fun de le voir jouer autre chose, et même lui, je pense que c'est l'une des raisons qui l'ont amené à accepter. C'est un rôle de composition très intéressant. Et, physiquement, il a l'air d'un juge!», a souligné Ginette Viens, vice-présidente marques et contenus chez Québecor Contenu, en notant au passage que le fait de pouvoir miser sur le retour de Patrick Huard à la fiction contribue à créer l'événement.

Le reste de la distribution sera connu éventuellement, de même que les lieux de tournage, qui sont encore en cours de discussions.

À voir également:

Pas comme Les 7 Jours du Talion

Livrant ici une première série à son nom, Jacques Diamant a collaboré à l'écriture de Toute la vérité et de la deuxième saison de Ruptures. Toges et plaidoiries n'ont pas de secrets pour lui, étant donné qu'en plus d'être auteur, Diamant est procureur aux poursuites criminelles et pénales au sein d'une équipe de conseillers, un boulot qui l'oblige souvent à travailler de nuit, mais qui lui laisse ses journées pour fignoler des scénarios. Il planche sur Les Honorables depuis trois ans.

Le pilier de son oeuvre, Ludovic Dessureaux, sera catapulté droit en enfer au moment du décès tragique de sa fille Gabrielle, une jeune adulte. Et encore davantage lorsque «son» système de justice, dans lequel il plaçait toute sa confiance, le décevra en adressant un verdict de non-culpabilité au présumé meurtrier de sa progéniture.

«Présumé», disons-nous. Car, bien que les Dessureaux espèrent trouver le salut dans la condamnation de cette personne qu'ils considèrent comme l'artisan de leurs malheurs, peut-être que le jury, lui, a vu juste. N'est-on pas innocent jusqu'à preuve du contraire? Reste à voir si le téléspectateur, lui, finira par décrocher la vraie réponse...

«Ça appartient au public, a relevé Jacques Diamant. Tout le monde a le droit de se faire sa propre opinion. La justice l'aura acquitté, c'est sûr, mais est-ce qu'elle aura pris la bonne décision, ça sera au public de décider...»

«Et l'acquittement ne signifie pas la disparition de ce personnage-là», a ajouté l'âme de ces Honorables.

Quoi qu'il en soit, tout l'univers de Ludovic basculera. Les membres de sa tribu - ses deux autres enfants, aussi au seuil de la vingtaine, et son ex-femme - réagiront à leur façon, et seront également confrontés à leurs démons dans cette tourmente.

«Ça va me permettre d'explorer des recoins plus sombres de la paternité», a laissé planer Patrick Huard, qui se réjouit non seulement de renouer avec les plateaux de télévision à l'ère du binge watching (visionnage en rafale), mais de le faire dans la peau d'un avocat, lui qui a déjà rêvé d'exercer cette profession, et qui est mordu de toutes les histoires se déroulant en cour.

L'artiste sortait de l'aventure Bon Cop, Bad Cop 2 lorsqu'on lui a offert de se joindre aux Honorables, ce «thriller empreint d'une grande humanité», dépeint-il, qui constituera pour lui «un défi émotif et physique», dans lequel les protagonistes arboreront plusieurs facettes.

«Ce n'est pas juste un thriller à la 24», a-t-il illustré.

Attention, toutefois : Les Honorables n'aura rien de glauque, à la 7 Jours du Talion, film dans lequel le père incarné par Claude Legault torturait physiquement l'agresseur de sa fille pour soulager son propre mal-être. On parle ici d'un produit rassembleur et familial, avec ses zones d'ombres, certes, mais ses passages lumineux également, très humain, et même parfois porteur d'humour.

Sans classe sociale

Campées dans des quartiers résidentiels, les scènes de Les Honorables pourraient être filmées autant en banlieue qu'en ville, a signalé Jacques Diamant, accolant un caractère universel à sa saga.

À la lecture de la prémisse, on déduit que les Dessureaux, dans le récit, seront bien nantis. Or, leur réalité aisée ajoutera une difficulté supplémentaire à l'épreuve qu'ils traversent, car leur paix d'esprit ne pourra pas s'acheter devant ce revers du destin.

«La douleur, la mort, la maladie n'ont pas de classe sociale», a observé Patrick Huard. Dans sa croisade pour obtenir réparation, Ludovic pourrait aussi devoir patauger dans toutes sortes «d'eaux», crasseuses ou pas.

Le tournage de la série Les Honorables débutera en juin. Les 10 épisodes d'une heure doivent, pour l'instant, boucler définitivement l'intrigue de la série. «Jusqu'à preuve du contraire», a rigolé Ginette Viens devant les journalistes. À moins qu'un phénomène «à la Fugueuse» se produise... Qui sait? Déjà, Patrick Huard prédit que Les Honorables occupera plusieurs conversations au moment de son dévoilement.