POLITIQUE
14/03/2018 13:44 EDT | Actualisé 14/03/2018 13:45 EDT

Pierre Moreau défend la hausse de salaire du PDG d'Hydro-Québec

«Lorsqu'on veut avoir les meilleurs, on les paie.»

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles dit que le PDG d'Hydro-Québec est peu payé par rapport à ses homologues ontariens et américains.
LA PRESSE CANADIENNE
Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles dit que le PDG d'Hydro-Québec est peu payé par rapport à ses homologues ontariens et américains.

QUÉBEC – La hausse de salaire du grand patron d'Hydro-Québec, Éric Martel, a rebondi à l'Assemblée nationale. Les partis d'opposition estiment qu'elle est inacceptable, alors que le ministre de l'Énergie, Pierre Moreau, dit que c'est le prix à payer pour la compétence.

Selon le plus récent rapport annuel de la société d'État, M. Martel a reçu une somme totale de 815 466$ en 2017. Il a eu droit à un salaire de base de 543 559$, à une rémunération incitative de 258 838$ qui datait de l'année d'avant, des avantages accessoires à 5070$ et des avantages imposables d'une valeur de 7999$.

Il s'agit d'un bond de 26% depuis 2016 – alors que M. Martel s'était mérité 647 263$ - 517 675$ en salaire de base et 119 450$ en bonis.

L'enjeu a créé des flammèches entre l'opposition officielle et le gouvernement lors de la période des questions, mercredi matin.

Pour voir l'échange complet, c'est par ici:

«Le salaire moyen au Québec, c'est 46 000 $. Juste l'augmentation de salaire d'Éric Martel, c'est quatre fois à peu près le salaire moyen des Québécois en augmentation de salaire», a martelé Alain Therrien, porte-parole du Parti québécois en matière d'Économie.

«Définitivement avec les libéraux, les gloutons sont gavés, M. le Président. Avec les libéraux, le bar est ouvert. Quand est-ce que vous allez arrêter de dilapider l'argent des Québécois au profit du 1 %?»

M. Moreau a répliqué que le président-directeur général d'Hydro-Québec était bien peu payé comparativement à ses homologues ailleurs au Canada ou aux États-Unis. À titre comparatif, le PDG d'Hydro One, en Ontario, a reçu un salaire de 4,5 millions de dollars en 2016.

Il fait valoir que M. Martel aurait pu obtenir un salaire beaucoup plus important dans le secteur privé et que son salaire comme patron d'Hydro-Québec est justifié. «Lorsqu'on veut avoir les meilleurs, on les paie», a-t-il dit.

Éric Martel se défend

En entrevue sur les ondes de LCN, M. Martel a dit que le chiffre, qui apparaît dans le rapport annuel 2017 d'Hydro-Québec, «n'est pas valable».

Puisqu'il est entré en poste au milieu de l'année 2015, il dit que sa bonification pour cette année-là n'était que pour six mois. L'augmentation de salaire apparaît donc plus importante qu'elle l'est réellement, dit-il.

LA PRESSE CANADIENNE
Éric Martel croit que la population devrait se mettre à sa place et comprendre qu'il a vécu une baisse de salaire.

«C'est toujours une situation très délicate, a répondu M. Martel. J'ai beaucoup d'estime pour les gens qui paient leurs comptes à chaque mois et tout ça. Par contre, les gens doivent comprendre notre point de vue. Moi, je regarde les collègues en Ontario et ailleurs, qui gagnent quatre, cinq fois le salaire que je fais.»

«Donc, c'est un débat social. C'est clair que ça fait réagir, que c'est toujours sensible. Quand je suis venu [à Hydro-Québec], mon salaire a diminué d'à peu près 70%. Je voulais rendre service au peuple québécois et donner le meilleur de moi-même.»

Hydro-Québec a connu une légère baisse de profits l'an dernier. Son PDG dit que la performance financière aurait pu être «beaucoup pire que ça» et que des mécanismes sont en place pour relever la barre.