DIVERTISSEMENT
14/03/2018 11:40 EDT | Actualisé 14/03/2018 11:41 EDT

«Parle-moi d’amour Montréal», l’art sans distinction ni jugement

Plus de 300 œuvres seront proposées aux amateurs d'art visuel.

Courtoisie/Gaëtane Lupien

Pour sa 20e édition, la prochaine exposition-encan au profit de l'organisme Les Impatients sera organisée du 15 au 28 mars à l'intérieur du nouvel édifice Wilder – Espace Danse. Sans distinction entre les propositions des artistes en herbe ou professionnels, plus de 300 œuvres seront proposées aux amateurs d'art visuel.

Sous le thème Parle-moi d'amour Montréal, l'événement caritatif annuel espère amasser suffisamment de fonds afin d'offrir à 650 participants des ateliers de création répartis dans 14 lieux au Québec. Depuis 25 ans, l'organisme Les Impatients vient en aide aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale via l'expression artistique.

«Au fil des semaines, les feuilles se sont agrandies, j'ai risqué quelques esquisses, j'y ai rajouté de la couleur, j'ai participé à des projets, certaines de mes (œuvres) ont été exposées et achetées, quoi dire de plus, cela m'a révélé intérieurement», a déclaré par voie de communiqué la porte-parole Lise Leprohon.

Courtoisie/Alleyn Edmund

En plus des artistes des Impatients, plus de 130 artistes professionnels seront représentés lors de l'expo-encan. Signalons, entre autres, les noms de Michel Tremblay, René Derouin, Clémence DesRochers, Stikki Peaches, Gabor Szilasi, Yannick De Serre et Yves Louis-Seize.

«La catharsis de l'art est indéniable et son pouvoir sur nos âmes existentialistes est plus que jamais essentiel à nos vies», a ajouté Sébastien Giguère du collectif BGL et parrain de cette 20e édition.

L'offre est également bonifiée par l'appui de collectionneurs avec une cinquantaine d'œuvres d'artistes de renom tels Edmund Alleyn, Jean Paul Riopelle, Pierre Ayot, Betty Goodwin, Chris Kline, Michael Merril, Kent Monkman, Jean McEwen, Guido Molinari et Max Wyse.

» Cliquez ici pour tous les détails.