DIVERTISSEMENT
13/03/2018 18:00 EDT | Actualisé 13/03/2018 18:00 EDT

La parité homme-femme dans les festivals est un faux débat, selon Daniel Gélinas

L'ex-directeur général du Festival d'Été de Québec a défendu les propos de Louis-Jean Cormier.

Capture d'écran

Invité à commenter les propos de Louis-Jean Cormier sur la parité homme-femme dans les festivals, et sa rétractation le lendemain, l'ex-directeur général du Festival d'été de Québec Daniel Gélinas a affirmé que pour lui, c'était un «faux débat».

Au micro d'Ève-Marie Lortie au FM 93 de Québec, M. Gélinas juge que la question qu'on doit se poser est «est-ce que les femmes se sentent brimées dans leur expression artistique au Québec?». «Je crois qu'il n'y a pas de discrimination au Québec sur la source même de l'art. Maintenant, l'industrie, elle, va repérer, va choisir, et va mettre de l'argent sur des artistes et les diffuser», a-t-il expliqué.

C'est selon lui le «choix commercial» qui peut causer une disparité. Et pour lui, les festivals ont deux missions, soit la diffusion de l'art et le profit commercial. «Ce n'est pas le but [des festivals] de faire de la discrimination positive. En bout de piste, on se retrouve avec des programmations qui ont peut-être plus d'hommes que de femmes pour faire plaisir au plus grand nombre», a-t-il exposé.

Du temps qu'il était à la tête du Festival d'été, Daniel Gélinas n'a jamais eu la préoccupation d'atteindre la parité dans les artistes, malgré avoir une sensibilité pour les artistes féminines et les artistes francophones. Il révèle que d'ailleurs 52% de la clientèle du Festival d'été est féminine. «Les femmes qui sont spectatrices ne se sentent pas brimées parce qu'il y a moins de femmes sur la scène», a-t-il avancé.

Il croit également que les femmes qui sont au Festival d'été de Québec y sont justement «parce qu'elles sont assez bonnes et qu'elles fittent dans la programmation». «Un bon contenu n'a pas de sexe», a-t-il conclu.

Écoutez l'entrevue complète ici: