NOUVELLES
12/03/2018 16:46 EDT | Actualisé 12/03/2018 16:46 EDT

Northern Pass: Hydro-Québec et son partenaire américain doivent patienter

Projet de ligne électrique entre le Québec et le nord-est des États-Unis

Bloomberg via Getty Images

MONTRÉAL — Hydro-Québec et son partenaire américain Eversource devront s'armer de patience avant de savoir si le projet Northern Pass aura une chance d'obtenir une autorisation essentielle au New Hampshire.

Après s'être opposée au projet de ligne de transport en février, la Commission d'examen du site au New Hampshire (NHSEC) n'a pas voulu dire, lundi, au terme d'une réunion, si elle comptait ou non reprendre les audiences.

Si l'organisme a accepté de suspendre sa décision verbale rendue le mois dernier, il faudra encore attendre quelques semaines avant de connaître son jugement écrit.

Le temps presse puisque le Massachusetts a fixé au 27 mars l'échéancier pour trouver une solution dans le cadre de l'important contrat d'approvisionnement octroyé à Hydro-Québec et Eversource en janvier dernier.

Hydro-Québec misait sur le Northern Pass, qui devait coûter 680 millions $ pour la portion québécoise et 1,6 milliard $ US au sud de la frontière, pour acheminer au Massachusetts annuellement 9,45 térawattheures (TWh) pendant 20 ans à compter de 2020.

Cette entente permettrait à la société d'État de générer des revenus estimés à 10 milliards $.

Un porte-parole d'Eversource, Martin Murray, n'a pas voulu spéculer sur ce que signifiait la décision de la NHSEC pour les négociations avec le Massachusetts. L'entreprise américaine a néanmoins fait preuve d'un optimisme prudent.

«Nous espérons qu'il s'agit d'une indication que la NHSEC évaluera les critères statutaires requis et examinera de manière approfondie l'ensemble des conditions qui pourraient servir de base à l'octroi de l'approbation», a indiqué Eversource par voie de communiqué.

M. Murray a fait savoir par courriel qu'il n'allait pas commenter davantage.

Aux États-Unis, le Northern Pass, qui doit contourner la région des montagnes Blanches, avait déjà obtenu des permis de la part du département de l'Énergie et du U.S. Forest Service. Il se bute toutefois à la NHSEC.

Si le projet ne va pas de l'avant, le Massachusetts pourrait se tourner vers le New England Clean Energy Connect, une ligne de transport qui serait réalisée par la société d'État québécoise et la Central Maine Power, comme solution de rechange.

Des négociations conditionnelles peuvent se tenir en parallèle des pourparlers qui se poursuivent entre le Massachusetts et les promoteurs du Northern Pass.

Le New England Clean Energy Connect, filiale d'Avangrid, évalué à environ 950 millions $ US aux États-Unis et dont la mise en service est prévue en 2022, nécessiterait la construction d'une ligne de transport au Québec jusqu'à la frontière avec le Maine.

Le tracé de 233 kilomètres en sol américain emprunterait le sud du New Hampshire pour rejoindre le Massachusetts. Au Québec, rien n'a encore été déterminé.