DIVERTISSEMENT
12/03/2018 10:33 EDT | Actualisé 12/03/2018 11:39 EDT

Messmer défend sa pratique à «Tout le monde en parle»

«Depuis maintenant 30 ans que je fais ce métier-là, et chaque soir je le prouve que c'est réel.»

Messmer rejette du revers de la main les reproches qui lui sont adressés quant à sa pratique de l'hypnose. De passage à Tout le monde en parle, dimanche, l'amuseur a été confronté par l'animateur Guy A. Lepage à quelques remarques cinglantes qui ont été formulées à son égard, et a trouvé une réponse pour chacune.

Au psychologue et expert en hypnose Gilles Vachon, qui affirme que d'hypnotiser des gens en public peut amener des effets secondaires importants, comme l'implantation de phobies, et qui compare le style de Messmer à un jeu avec de la dynamite, le principal intéressé réplique qu'il est facile à joindre en cas de problème.

«J'ai hypnotisé 150 000 personnes dans ma vie, a insisté Messmer. Si j'avais eu des cas à problèmes (...) C'est facile de me trouver, avec Facebook, mon site internet, tout le monde peut m'appeler avec ma production...»

Devant l'humoriste Jérémy Ferrari, qui l'a qualifié de «vieille charogne» et de «charlatan» dans son livre Happy Hour à Mossoul, et qui en a remis lors de sa visite à On n'est pas couché, le 11 novembre dernier, en maintenant que ses propos sur Messmer sont «un fait» et qu'il voudrait voir celui-ci se soumettre au test d'un spécialiste de l'hypnose, Éric Normandin, alias Messmer, persiste et signe, et y va même d'une pointe d'humour.

«Qu'il soit sceptique, c'est son problème à lui. Mais moi, depuis maintenant 30 ans que je fais ce métier-là sur scène, et à chaque soir, je le prouve, que c'est réel. Je fais des plateaux de télé avec des vedettes, qui n'ont pas à m'aider à me faire une carrière, ils viennent vivre l'aventure...Quand on comprend ça, on comprend que ce n'est pas arrangé. Mais je trouve qu'il a été loin en disant «vieille charogne de charlatan»... Charlatan, charogne, ça va, mais vieille, c'est autre chose!», a fini par rigoler le fascinateur, avant d'enchaîner en réitérant qu'il travaille en collaboration avec le CNRS (Centre national de la recherche scientifique). «On a pu prouver que l'état d'hypnose existe réellement», a-t-il argué. Et serait-il prêt à obtempérer à la volonté de Ferrari et à demander d'autres avis professionnels pour «authentifier» sa pratique?

«Je n'ai pas à prendre du temps dans ma vie pour aller lui prouver hors de tout doute que ça marche. Qu'est-ce qui me dit que lui écrit vraiment ses livres...?»

Enfin, ce téléspectateur de Bordeaux qui a prétendu avoir été hypnotisé par Messmer alors qu'il regardait son émission Stars sous hypnose à la télévision – laquelle rejoint plus de quatre millions de téléspectateurs en France – possédait aussi son entreprise d'hypnose, ce qui a incité Messmer à douter de la véracité de son récit. Endormi devant une manœuvre de Messmer, l'homme aurait été incapable de se réveiller, même avec l'apport des ambulanciers; il aurait fallu que sa femme imite littéralement Messmer pour le sortir de sa torpeur.

Karine Dufour via Radio-Canada

Repérer les imposteurs

On avait l'impression, au sortir de la première montréalaise d'Hypersensoriel, son nouveau spectacle, il y a quelques mois, que Messmer a du mal à se renouveler dans sa proposition sur scène; lui-même juge toutefois que de se réinventer ne lui pose pas problème, comme il l'a expliqué à Guy A. Lepage en début d'entrevue.

«Disons que ce n'est pas vraiment un défi, parce que mon but, dans la vie, est d'aller toujours plus loin, et la technologie évolue, aussi. Alors la technologie m'aide à trouver de nouveaux concepts, aussi, pour aller encore plus loin, repousser les limites de l'hypnose, avec toutes ces techniques-là.»

Y a-t-il parfois des «sujets» hypnotisés par Messmer qui exagèrent leurs réactions pour donner un meilleur spectacle?

«Ça peut arriver et on les détecte assez rapidement», a reconnu Messmer, en parlant du déclic qu'il perçoit dans l'œil d'une personne lorsque celle-ci réalise qu'elle a été envoûtée – et a fait des pitreries! – devant tout un public. «Quand quelqu'un fait semblant, on n'a pas ce petit déclic dans les yeux», a-t-il nuancé, plaidant que son assistante, qui est également son épouse, est aussi capable de les repérer. Dans lequel cas, les «imposteurs» sont vite renvoyés à leur siège.

À propos de sa conjointe, avec qui il a eu une petite fille, Messmer a raconté dimanche qu'il l'a déjà hypnotisée. «C'était un excellent sujet», a-t-il indiqué. Ses deux fils, Cédric et Antoine Normandin, suivent les traces de leur père et ont fondé le duo les SomniFrères. Le fier papa commente le choix de carrière de ses fils en comparant leur situation à celle des parents et des enfants qui font de la musique de génération en génération.

Assise à ses côtés, la photographe Heidi Hollinger a questionné Messmer à savoir si ses méthodes pouvaient causer des commotions cérébrales. Non, a-t-il assuré, car «l'être humain se protège (...) Le subconscient nous protège».

Enfin, si, aux dires de Messmer, sa pratique de l'hypnose ne laisse pas de séquelles physiques ou psychologiques chez les gens qui la reçoivent, elle peut quand même léguer d'autres types de malaises... Parlez-en à Claude Legault, qui était craintif d'approcher à nouveau Messmer après que celui-ci l'eut «endormi» sur le plateau de Tout le monde en parle, en 2010! Alors en tournée de promotion pour la sortie du film Les 7 jours du talion, le comédien était incapable de prononcer le chiffre «7» lorsqu'il était sous l'emprise de Messmer. Un moment mémorable, dont on a revu une courte image dimanche.

À voir également :