POLITIQUE
12/03/2018 12:10 EDT | Actualisé 13/03/2018 09:50 EDT

Justin Trudeau se soumettra-t-il au chantage de Donald Trump?

Justin Trudeau et Philippe Couillard étaient en visite au Saguenay lundi.

Le premier ministre Justin Trudeau semble se soumettre au chantage de Donald Trump qui lie les tarifs sur l'acier et l'aluminium aux négociations de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Après avoir répété, lors de sa visite au Saguenay lundi, que l'ALÉNA et les tarifs américains sont deux enjeux séparés, M. Trudeau s'est contredit. "J'accepte ce que le président m'a dit, que tant qu'il y aura un accord de libre-échange en Amérique du Nord, il n'y aura pas de tarifs", a déclaré le premier ministre en point de presse.

Il venait lui-même de lier les deux enjeux, tout en les présentant comme séparés. "D'aller imposer des tarifs qui vont faire mal à nos employés, à nos employeurs, à nos industries des deux côtés de la frontière, ce n'est pas comme ça qu'on va négocier un meilleur accord de l'ALÉNA", a-t-il déclaré.

Son homologue Philippe Couillard a senti le besoin d'y apporter tout de suite son grain de sel.

"Dans la région, il y a des travailleurs laitiers qui sont inquiets, qui se demandent est-ce qu'on va servir un peu de monnaie d'échange", a souligné M. Couillard qui, manifestement, ne veut pas voir sacrifiée la gestion de l'offre pour calmer l'appétit du voisin américain. "Les fermiers laitiers, les exploitants agricoles ont déjà donné", a rappelé le premier ministre québécois, citant les accords de libre-échange récemment conclus avec l'Europe et avec les pays du Pacifique. Pas question, a insisté M. Couillard, de transférer la pression sur le secteur agricole québécois.

Jeudi, le président Trump a exempté le Canada et le Mexique des tarifs de 25 pour cent sur l'acier et 10 pour cent sur l'aluminium. Il a fait savoir que l'exemption est temporaire et serait à revoir selon l'issue des négociations de l'ALÉNA.

Lundi, les deux premiers ministres qui venaient de visiter les installations du Centre technologique AP60 de Rio Tinto, à Jonquière, ont assuré qu'ils ne baissaient pas la garde tout de suite, puisque l'exemption n'est que temporaire.

M. Trudeau fait une tournée qui le mènera mardi à Hamilton, mercredi à Sault-Ste-Marie, puis à Regina, en Saskatchewan.

À voir également: