NOUVELLES
10/03/2018 14:57 EST | Actualisé 11/03/2018 08:38 EDT

Des manifestants contestent l'élargissement de l'oléoduc Trans Mountain

La capacité de l'oléoduc passera de 300 000 à 890 000 barils.

Getty Images/iStockphoto

Des milliers de manifestants ont marché samedi contre l'élargissement du controversé oléoduc Trans Mountain, qui triplerait le volume de pétrole acheminé de l'Alberta vers les côtes de la Colombie-Britannique.

Quelques heures plus tard, plusieurs centaines de partisans de l'oléoduc, dont plusieurs venaient de l'Alberta, ont défilé à leur tour.

Des dirigeants autochtones ont ouvert la marche des opposants, qui s'est déroulée à Burnaby, en banlieue de Vancouver, après avoir dit à la foule que la manifestation était une célébration de l'unité.

Les organisateurs de la marche ont toutefois prévenu les participants qu'à l'avenir, ils devraient être prêts à "franchir les lignes" et à faire face à de possibles arrestations.

Plusieurs manifestants brandissaient des pancartes où l'on pouvait lire: "L'eau est la vie" ("Water is life"), et "Pas de consentement, pas d'oléoduc" (No consent, no pipeline").

D'autres transportaient des épaulards gonflables et jouaient du tambour.

L'élargissement de l'oléoduc de l'entreprise américaine Kinder Morgan augmenterait de façon importante le trafic des pétroliers sur les eaux partagées entre le Canada et l'État de Washington. Trans Mountain compte accroître sa capacité, qui passera de 300 000 à 890 000 barils par jour.

Du côté des partisans, on a fait état de l'importance de combattre les "verts". La foule a scandé des slogans comme "risques limités".

Selon Stewart Muir, il ne s'agit pas d'un choix économique au détriment de l'environnement. "Le Canada peut avoir les deux. On peut protéger et respecter l'environnement tout en tirant des avantages économiques qui permettront au Canada d'être ce qu'il a toujours été."

Le premier ministre Justin Trudeau a approuvé le projet, affirmant qu'il allait dans l'intérêt national du Canada.

Kinder Morgan dit aller de l'avant avec ses travaux préparatoires à deux terminaux de Burnaby, mais l'entreprise a encore besoin d'obtenir plusieurs permis pour entamer sa construction.

Le projet, qui fait l'objet de plusieurs poursuites, a aussi provoqué un conflit entre l'Alberta et la Colombie-Britannique.

Les manifestants ont fait bien attention de s'éloigner de deux emplacements, pour lesquels un juge de la Cour suprême a accordé à Kinder Morgan une injonction intérimaire, vendredi.

Cette injonction interdit aux manifestants de se rendre dans un espace de 50 mètres des installations jusqu'à mercredi, lorsqu'une audience sur la question aura lieu.

"Ce n'est que le début", a promis Ruben George, membre de la Première Nation Tseil-Waututh.