NOUVELLES
09/03/2018 22:01 EST | Actualisé 09/03/2018 22:01 EST

Washington oeuvre pour exempter l'Australie des taxes sur l'acier

«Nous avons de très bonnes relations avec l'Australie.»

Les États-Unis oeuvrent pour exempter leur allié australien des nouvelles taxes à l'importation sur l'acier et l'aluminium, a affirmé Donald Trump vendredi dans un tweet évoquant un entretien avec le Premier ministre australien Malcolm Turnbull.

"J'ai parlé avec le Premier ministre australien @TurnbullMalcolm. Il est déterminé à avoir une relation militaire et commerciale très juste et réciproque", a écrit le président américain sur le réseau social.

"Nous travaillons à un accord sur la sécurité dans les plus brefs délais pour que nous n'ayons pas à imposer des droits de douane sur l'acier et l'aluminium à notre allié, la grande nation australienne!", a-t-il assuré dans ce message, sans donner davantage de précision.

M. Trump a ravivé le spectre d'une guerre commerciale entre les Etats-Unis et nombre de ses alliés en imposant des taxes à l'importation sur l'acier (25%) et l'aluminium (10%), dont sont exemptés "pour l'instant" le Canada et le Mexique. Les trois pays sont partenaires dans l'accord de libre-échange Aléna, en cours de renégociation.

En officialisant ces droits de douane jeudi, les Etats-Unis se sont dit ouverts à des discussions pays par pays pour négocier leur éventuelle levée.

Le président américain avait déjà évoqué le cas de l'Australie, déclarant devant des journalistes peu de temps avant la promulgation des taxes jeudi, que les Etats-Unis feraient "quelque chose avec" Canberra.

"Nous avons de très bonnes relations avec l'Australie, nous avons un excédent commercial avec l'Australie, un pays formidable, un partenaire depuis longtemps. Nous allons faire quelque chose avec eux", avait-il déclaré.

Dimanche, le gouvernement australien avait demandé à être exempté des taxes annoncées par Donald Trump et mis en garde contre l'éventualité d'une guerre commerciale qui pourrait ralentir la croissance mondiale.

L'acier et l'aluminium australiens ne représentent qu'une petite partie des importations américaines, selon Canberra. Mais l'industrie locale craint d'être inondée par l'acier bon marché initialement destiné aux Etats-Unis.