NOUVELLES
09/03/2018 18:13 EST | Actualisé 09/03/2018 18:13 EST

Uber devra informer les Canadiens concernés par la faille de sécurité de 2016

Un courriel sera envoyé au cours des prochains jours.

Shutterstock

À la suite d'un jugement rendu par le commissaire à la vie privée de l'Alberta, Uber a annoncé qu'il transmettrait un avis à tous les Canadiens dont les renseignements personnels ont été compromis dans le cadre d'une faille de sécurité survenue en 2016.

Le porte-parole de l'entreprise, Jean-Christophe de Le Rue, a affirmé que cette dernière n'était pas d'accord avec la décision, mais qu'elle la respecterait.

Uber informera les conducteurs et les usagers du pays de la situation par le biais d'un courriel qui sera envoyé au cours des prochains jours.

Les renseignements de quelque 57 millions de comptes Uber partout dans le monde ont été volés durant la faille, qui s'est produite en octobre 2016.

La compagnie avait précédemment reconnu que 815 000 conducteurs et clients canadiens avaient possiblement été touchés par cet incident.

Les renseignements dérobés comprennent des noms, des adresses courriel et des numéros de téléphones mobiles. Uber a indiqué qu'une enquête interne n'avait pas réussi à établir si la faille avait également permis le téléchargement d'historiques de trajets, de numéros de carte de crédit ou de dates de naissance.

Selon M. De Le Rue, dès qu'Uber a appris l'existence de la brèche, il a mené une enquête approfondie et avisé les commissaires à la vie privée du pays avec qui il a pleinement collaboré.

Il a ajouté que l'entreprise n'avait découvert aucune preuve de fraude ou d'emploi abusif liée à l'incident et continuait à surveiller les comptes concernés.

Uber prévoit réclamer une révision judiciaire du jugement puisqu'il estime que la brèche n'a pas engendré un risque réel de préjudice grave.

En 2010, le gouvernement de l'Alberta avait été le premier au Canada à exiger que les organisations du secteur privé comme Uber avertissent leurs consommateurs lorsqu'une brèche comportant «un risque réel de préjudice grave» survenait.