DIVERTISSEMENT
09/03/2018 14:57 EST | Actualisé 09/03/2018 15:06 EST

Marie-Mai quitte Productions J

Aucune raison précise n’a été évoquée pour expliquer la «rupture».

Getty Images

Une importante page professionnelle se tourne pour Marie-Mai, qui a annoncé vendredi qu'elle quitte Productions J. Ce n'est désormais plus la boîte de Julie Snyder qui gérera la carrière de la chanteuse et qui produira ses disques et ses spectacles.

La fin de l'entente entre Marie-Mai et Productions J était un secret de polichinelle dans le milieu artistique. Dans un article paru dans La Presse, sous la plume de la journaliste Véronique Lauzon, on apprend que Marie-Mai est présentement sans attaches professionnelles et qu'elle rencontre actuellement d'autres maisons de disques pour planifier la suite de son parcours.

Celle qui a mis au monde la petite Gisèle, en février 2017, a aussi exprimé sa décision dans un statut Facebook.

«Peut-être le savez-vous déjà, j'ai pris la décision de quitter Productions J, mes partenaires des 15 dernières années. Une super équipe avec qui j'ai réalisé d'énormes choses et relevé de nombreux défis. Je les remercie sincèrement tous et chacun qui ont été de passage pour de courtes ou de longues périodes dans ma carrière et tout spécialement Julie.

Ceci dit, depuis quelques années, il y a eu beaucoup de changements dans ma vie et autour de moi. Tranquillement, j'ai vieilli, je me suis définie, j'ai appris, BEAUCOUP! Appris à me faire confiance et à avoir confiance en mon jugement. Appris à forger mon caractère de femme et découvert le plein potentiel de mes habiletés d'entrepreneure. Ces acquis me rendent très fière!(...) Je me tourne vers l'avenir, vers cette page blanche qui sent encore le neuf et qui attend que j'y écrive les premières notes de cette nouvelle vie... Cette vie qui m'appartient!», a entre autres écrit Marie-Mai.

Association fructueuse

Aucune raison précise n'a été évoquée pour expliquer la «rupture» entre Marie-Mai et Productions J, mais il semble qu'un vent de changement souffle des deux côtés et ait amené tout naturellement les routes des deux parties à se séparer.

Dans le texte de La Presse, Louis Noël, directeur exécutif de Productions J, avance que l'entreprise est en train de se transformer.

«Productions J se repositionne pour se concentrer sur la production audiovisuelle et de spectacles, comme Occupation double, Danser pour gagner à V. Dans le cadre de sa restructuration, Productions J délaisse progressivement ses activités, non rentables, dans le domaine de la gérance d'artistes du monde musical.»

C'est de fait une nouvelle entité fondée par Julie Snyder, Toros, qui produit Danser pour gagner, en ondes quotidiennement à V cet hiver.

De son côté, Marie-Mai planche en ce moment sur son sixième album, le premier de sa discographie qui ne portera pas la griffe de son ancien amoureux et collaborateur, Fred St-Gelais. On suppose que son conjoint et partenaire des deux dernières années, le réalisateur et directeur musical David Laflèche, qui travaille notamment sur La voix, est impliqué dans le processus de création. Il sera intéressant de constater l'évolution du style de Marie-Mai, maintenant que celle-ci a les deux pieds bien ancrés dans la trentaine, qu'elle est maman, que son premier public – les jeunes – grandit, et que l'industrie de la musique bouge elle aussi à vitesse grand V. On sait l'artiste, jusqu'ici bien identifiée au pop-rock, capable d'aller dans diverses directions; reste à voir laquelle elle choisira. Son dernier opus, M, a été lancé il y a quatre ans, en mai 2014.

Récemment, Marie-Mai a été coach à la dernière édition de La voix junior, à TVA – sa protégée, la jeune rappeuse Sydney Lallier, a d'ailleurs remporté le concours, qui n'a pas été renouvelé pour une troisième saison l'an prochain – et a animé le gala Célébration, à la même antenne.

Si, en 2003, plusieurs tiquaient devant le contrat de cinq ans qu'imposait Productions J aux diplômés de Star Académie dont Philippe Brach a récemment fait mention à Tout le monde en parle - pour Marie-Mai, découverte dans la première édition de la téléréalité, l'association aura duré près de 15 ans et fait d'elle une grande vedette adorée du public, comme en font foi ses 400 000 albums vendus, ses 12 passages au Centre Bell, ses 10 Félix (dont cinq comme Interprète féminine de l'année, un vote populaire), ses différents spectacles devant 1,5 million de spectateurs et ses nombreuses certifications or et platine pour ses disques, concerts et DVD, comme le résument La Presse et son site web officiel.

Or, depuis, Productions J a laissé aller plusieurs des talents dénichés au fil des ans, à l'exception de Ludovick Bourgeois, Travis Cormier et Kevin Bazinet. L'explorateur marin Mario Cyr fait également partie de son écurie.

À voir aussi: