NOUVELLES
09/03/2018 09:48 EST | Actualisé 09/03/2018 09:48 EST

Le candidat à la présidence de la Catalogne maintenu en prison

Jordi Sanchez est l'unique candidat à ce poste.

EFE

Un juge de la Cour suprême espagnole a refusé vendredi d'accorder la permission de sortie de prison demandée par l'indépendantiste Jordi Sanchez, candidat à la présidence catalane, pour assister au débat de sa propre investiture programmée lundi prochain.

Comme Jordi Sanchez était l'unique candidat, il semble peu probable que cette session se tienne lundi comme prévu à 10H00 (09H00 GMT), mais le président du parlement catalan, Roger Torrent, ne s'est pas encore prononcé à ce sujet.

Dans un écrit reçu par l'AFP, le juge d'instruction Pablo Llarena a refusé la remise en liberté de M. Sanchez poursuivi pour "sédition", en invoquant un "risque concret de réitération du délit". Il lui a également refusé une permission de sortie exceptionnelle.

Elu député catalan le 21 décembre alors qu'il était déjà en prison, M. Sanchez avait été désigné candidat après que l'ancien président catalan Carles Puigdemont - poursuivi pour "rébellion" et "sédition" - eut renoncé à briguer la présidence régionale, depuis Bruxelles où il vit en exil.

Le porte-parole du gouvernement espagnol, Íñigo Méndez de Vigo, s'est limité à dire qu'il respectait les décisions des juges mais a répété qu'"une personne en détention provisoire n'est pas en situation d'exercer les fonctions qui incombent au président de la Catalogne".

M. de Vigo a demandé aux indépendantistes - majoritaires en sièges au parlement régional - de trouver un candidat "capable d'exercer ses fonctions, dans le cadre légal".

Jordi Sanchez, 53 ans et militant séparatiste de longue date, est accusé de "sédition" en lien avec une manifestation tendue convoquée en septembre par l'influente association indépendantiste ANC (Assemblée nationale catalane) qu'il présidait alors.

Cette manifestation à Barcelone avait abouti au blocage pendant plusieurs heures de l'entrée et la sortie d'un bâtiment officiel où la garde civile menait des perquisitions.

M. Sanchez est en détention provisoire, près de Madrid, depuis le 16 octobre.

Amnesty international considère que son incarcération - comme celle de Jordi Cuixart, dirigeant d'une autre association indépendantiste - est "excessive".

Deux autres figures de l'indépendantisme sont détenues pour leur rôle présumé dans le processus ayant abouti à la proclamation le 27 octobre d'une "République catalane" restée sans effets: l'ancien vice-président du gouvernement régional Oriol Junqueras et l'ex-"ministre" régional de l'Intérieur Joaquim Forn.

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad al Hussein, avait rappelé mercredi "aux autorités espagnoles que la détention provisoire devrait être considérée comme une mesure de dernier recours".

À voir aussi: