POLITIQUE
08/03/2018 05:43 EST | Actualisé 08/03/2018 14:48 EST

Sophie Grégoire Trudeau veut miser sur l'éducation sexuelle des jeunes garçons

La femme du premier ministre croit qu'il ne faut pas avoir peur de parler franchement aux enfants.

La pornographie est trop souvent le seul «outil» d'éducation à la sexualité des jeunes garçons et ce fait est aussi réel que dangereux. C'est du moins ce qu'a avancé Sophie Grégoire Trudeau mercredi soir, en marge de spectacle-bénéfice Consensus, en appui aux organismes luttant contre la violence sexuelle.

«On vit dans une société où la consommation de pornographie et l'exposition à la sexualité violente sont rendues normales... Les experts vont vous dire que ça affecte la psychologie des garçons et le développement de leur sexualité», a-t-elle déclaré au HuffPost Québec.

Selon cette mère de trois enfants, dont deux garçons, il ne faut pas, en tant que parent, avoir peur d'aborder dès un très jeune âge avec eux le sujet sensible de la sexualité. Oui ce sont des discussions qui peuvent mettre mal à l'aise, convient-elle, mais elles sont nécessaires.

«Et il faut leur parler avec les mots aussi explicites que ceux qu'ils entendent, a-t-elle fait valoir, sinon on vit dans le mensonge». Si ce n'est pas la seule solution aux enjeux d'abus sexuels perpétrés sur les femmes, c'est selon elle un élément-clé dans l'équation. «Il faut en parler, car le silence peut faire mal, et il peut même tuer», a-t-elle ajouté.

Changer les choses au gouvernement

Mme Grégoire-Trudeau a décidé à la toute dernière minute de participer au spectacle Consensus qui a eu lieu mercredi soir au Club Soda. Cet événement a été organisé par les instigatrices du mouvement #EtMaintenant. En cette veille de la Journée internationale des femmes, elle a voulu être là «car tout ce qui concerne l'abus et l'exploitation sexuelle des filles et des femmes» l'inquiète sérieusement. «C'est le crime le plus en croissance au pays, je ne crois pas que c'est un fait très connu», a-t-elle confié.

Sans vouloir commenter les divers scandales sexuels qui ont frappé le parti politique de son mari, engendrant notamment la démission d'un ministre, elle a affirmé que le gouvernement prend ce sujet très au sérieux. Elle a poursuivi en indiquant que d'importantes annonces auront lieu dans les prochains mois, concernant notamment la loi C-38, afin d'apporter des «changements structurels» aux corps policiers et au système judiciaire afin que ces instances arrêtent de stigmatiser et de constamment se questionner sur l'honnêteté des femmes qui «osent» dénoncer.

LIRE AUSSI:
» Voyage en Inde: «personne n'est invincible aux critiques», dit Sophie Grégoire Trudeau
» Kent Hehr démissionne de son ministère à cause d'allégations d'inconduite sexuelle
» Une cellule secrète au bureau de Trudeau enquête sur le harcèlement

Un spectacle tout en finesse

Le spectacle-bénéfice Consensus a attiré plusieurs centaines de personnes. Organisé par Léa Clermont-Dion, Québec contre les violences sexuelles et Je suis indestructible, l'objectif était de célébrer le courage de toutes les personnes survivantes, qu'elles aient dénoncé ou non.

La Bronze, Dear Criminals, Elisapie, Karim Ouellet et Safia Nolin étaient notamment du spectacle, leurs prestations étant entrecoupées de discours de survivantes d'agressions sexuelles.

Tant le ton des allocutions, de l'animation et des prestations étaient dans la douceur et la finesse.