NOUVELLES
08/03/2018 14:56 EST | Actualisé 08/03/2018 14:56 EST

L'opposition à la fusion de Sainte-Justine avec le CHUM s'intensifie

Une manifestation dirigée par la présidente du conseil des médecins, dentistes et pharmaciens de l'hôpital, la docteure Valérie Lamarre, avait lieu jeudi devant l'institution pour demander au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de renoncer à ce projet.

Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM)
Mario Beauregard/PC
Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM)

Les voix opposées à la fusion de l'hôpital Sainte-Justine avec le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) se multiplient.

Une manifestation dirigée par la présidente du conseil des médecins, dentistes et pharmaciens de l'hôpital, la docteure Valérie Lamarre, avait lieu jeudi devant l'institution pour demander au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de renoncer à ce projet.

Parmi les manifestants se trouvaient notamment l'ex-ministre de la Santé et fondateur du régime d'assurance-maladie, Claude Castonguay, et l'ancienne ministre responsable des Aînés dans le gouvernement libéral de Jean Charest, Marguerite Blais.

La docteure Lamarre a profité de l'occasion pour contrer le discours du ministre Barrette, dont l'un des principaux arguments pour justifier la fusion est d'assurer la continuité des soins pour les enfants lorsqu'ils deviennent adultes.

Elle a fait valoir que, sur les quelque 300 000 visites annuelles d'enfants par année à Sainte-Justine, environ 1000 enfants par année ont besoin d'un suivi plus rigoureux pour un transfert en centre hospitalier adulte et, de ce nombre, seulement 200 sont référés au CHUM pour des procédures très spécialisées.

Claude Castonguay, pour sa part, a dit croire que le ministre Barrette ne comprend pas la réalité du centre hospitalier universitaire mère-enfant.

M. Castonguay s'est dit particulièrement choqué de voir que le ministre ait respecté l'autonomie de l'Institut neurologique de Montréal et de l'Institut de cardiologie de Montréal, deux institutions créées et dirigées par des hommes, alors qu'il veut forcer la fusion de Sainte-Justine, «un hôpital créé par des femmes, qui a toujours été animé par des femmes».

Une grande manifestation d'opposition à la fusion de Sainte-Justine avec le CHUM est prévue le 6 mai prochain.