NOUVELLES
08/03/2018 12:20 EST | Actualisé 08/03/2018 17:54 EST

En ce 8 mars, Philippe Couillard fait la promotion de l'égalité homme-femme

Couillard est à la tête d'une mission québécoise en France presque totalement masculine.

Gonzalo Fuentes / Reuters

Philippe Couillard a marqué la journée du 8 mars en faisant la promotion de l'égalité homme-femme, mais à la tête d'une mission québécoise en France presque totalement masculine.

Selon le premier ministre, cela peut illustrer qu'il reste encore du progrès à faire dans certains champs professionnels.

Sur les 49 participants à cette mission dont les thématiques sont l'aéronautique et le numérique, 5 sont des femmes.

"Ça dépend des industries qui sont représentées", a déclaré Philippe Couillard en point de presse, en marge d'une visite dans une médiathèque en banlieue de Paris.

"Ce que ça vous dit, c'est que dans l'industrie aéronautique, malgré que Aéro Montréal est dirigé par une femme, il y a encore une sous-représentation des femmes, on le sait, dans les métiers techniques, dans le génie, et c'est pour ça qu'on veut améliorer l'accès des jeunes filles à l'enseignement des sciences et technologies."

En revanche, deux des trois ministres qui accompagnent M. Couillard sont des femmes, soit Isabelle Melançon, à l'Environnement, et Christine St-Pierre, aux Relations internationales, et c'est une femme, Line Beauchamp, qui a accueilli la mission à titre de déléguée générale du Québec à Paris.

Un cabinet majoritairement féminin

M. Couillard a été appelé à comparer son conseil des ministres à ceux du premier ministre Justin Trudeau et du premier ministre français Édouard Philippe, tous deux paritaires.

Avec 13 ministres féminins sur 31, le cabinet Couillard n'est pas paritaire, mais entre dans ce qu'il qualifie de "zone de parité", entre 40 à 60 pour cent de femmes.

Le premier ministre a toutefois évoqué qu'un jour, il pourrait former un conseil des ministres majoritairement féminin, ce qui n'est jamais arrivé dans l'histoire du Québec.

"Il pourrait y avoir plus de femmes que d'hommes, je n'exclus pas ça du tout", a-t-il lancé.

M. Couillard a rappelé que le seul cabinet paritaire au Québec a été formé par son prédécesseur Jean Charest, "on voudrait le reproduire, mais on veut les meilleures personnes".

Loi-cadre et indice d'égalité

Le premier ministre a par ailleurs rappelé que son gouvernement allait déposer une loi-cadre sur l'égalité homme-femme, sans s'aventurer à divulguer des éléments de son contenu.

Tout au plus, quant à savoir si ce projet de loi pourrait s'appliquer au secteur privé comme en Norvège, M. Couillard a répondu qu'il "travaille sur ces questions-là".

Enfin, en conférence de presse conjointe à l'hôtel de Matignon, M. Couillard et son homologue français Édouard Philippe ont annoncé que le Québec et la France allaient plancher sur un indice d'égalité homme-femme, pour se donner des outils de mesure plus précis dans l'objectif de l'atteinte de l'égalité.

Selon M. Couillard, des indices comme celui de l'OCDE ne sont pas encore consensuels, alors le fait de travailler conjointement avec la France permettra de renforcer la "capacité de mesure".