POLITIQUE
06/03/2018 17:21 EST | Actualisé 06/03/2018 17:30 EST

Véronique Hivon célèbre les «héroïnes du quotidien» à l'occasion du 8 mars

La vice-cheffe du PQ veut rendre hommage à celles qui ne font pas toujours la «une» des journaux.

QUÉBEC – À l'occasion de la Journée internationale des femmes, la vice-cheffe du Parti québécois Véronique Hivon veut rendre hommage à celles qui ne font pas toujours la «une» des journaux, mais qui sont des «forces de changement» dans leurs communautés.

«Souvent, on célèbre à l'occasion du 8 mars de grandes femmes qui ont posé des jalons importants et je pense que c'est important de le faire, de se souvenir de ces grandes héroïnes pour l'avancement de l'égalité des femmes et de l'avancement des femmes au Québec», soutient la députée de Joliette en entrevue avec le HuffPost Québec.

Je vois, chaque jour, chaque semaine, des femmes inspirantes qui changent le monde dans leurs univers respectifs, un geste à la fois.Véronique Hivon

«Depuis que je suis députée, tout particulièrement, je vois, chaque jour, chaque semaine, des femmes inspirantes qui changent le monde dans leurs univers respectifs, un geste à la fois. L'objectif, c'est vraiment de saisir l'occasion du 8 mars pour mettre en lumière ces femmes-là qui sont pour moi, des héroïnes du quotidien.»

Bien qu'elle aurait pu en nommer des dizaines, Mme Hivon a choisi de mettre en lumière deux femmes qui ont une «force incroyable» dans sa région. Elle raconte leurs histoires respectives dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Marcelle Goran, originaire de la Côte-d'Ivoire, a immigré au Québec il y a moins de 10 ans. Maman de trois enfants, elle s'est rapidement intégrée et travaille maintenant au Centre d'amitié autochtone de Lanaudière.

Capture d'écran

«Elle bâtit des ponts entre les communautés et elle est une créatrice de bien-être pour ceux qu'on oublie trop souvent», décrit la vice-cheffe du PQ dans sa capsule vidéo.

Puis, il y a Annie Laurier, une mère monoparentale qui est venue cogner à sa porte il y a moins de deux ans. Elle venait de se faire refuser de l'aide gouvernementale pour son petit Émile, sept ans, qui est lourdement handicapé. Mme Laurier est depuis devenue son adjointe.

Capture d'écran

«Annie se bat au quotidien pour offrir tout ce qu'il y a de mieux à son petit Émile, qui aide aussi beaucoup d'autres enfants et d'autres parents. C'est donc une éveilleuse de consciences et une ouvreuse de cœurs.»

Mme Hivon espère créer un «mouvement positif» afin que les citoyens partagent, à leur tour, les histoires de femmes qui les inspirent avec le mot-clic #FemmesEnLumière.