NOUVELLES
06/03/2018 17:39 EST | Actualisé 06/03/2018 17:46 EST

Square Children's: l'autre promoteur ne discute pas non plus d'une école

Est-ce le dernier clou dans le cercueil de ce projet cher à la CSDM et à l'administration Plante?

Devimco Immobilier

Les options semblent toutes écoulées pour ceux qui souhaitent voir une école sur le site de l'ancien hôpital de Montréal pour enfants. Après l'échec avec Devimco, l'autre promoteur derrière le projet affirme qu'une école n'a jamais fait partie de ses plans.

Le projet du Square Children's, un imposant complexe de six tours, est principalement promu par Devimco Immobilier. Mais les entrepreneurs Philip Kerub et Sarto Blouin possèdent environ le tiers du site et projettent d'y construire la plus grande des six tours.

«En trois ans, je n'ai jamais eu de discussions avec la Commission scolaire de Montréal. Et là, en fin de semaine, ils sont arrivés avec une manifestation», affirme M. Blouin, contacté par le HuffPost Québec.

À la CSDM, on confirme qu'aucune discussion n'a lieu avec M. Kerub ou ses partenaires. La commission scolaire n'était même pas au courant qu'il y avait un deuxième promoteur derrière le projet.

«On a appris pour la première fois le 22 février que M. Kerub était dans le projet. Pour nous, notre interlocuteur est Devimco parce que c'est eux qui ont déposé un projet à l'Office de consultation publique de Montréal», affirme la commissaire responsable du secteur, Stéphanie Bellenger-Heng.

L'organisme Interaction du quartier Peter-McGill, qui milite de longue date pour avoir une école dans ce quartier, se dit fort déçu. Mais ses membres ne jettent pas l'éponge pour autant.

«On sait qu'il n'y a pas une grande ouverture à ça. Mais on pense que les négociations peuvent encore jouer avec M. Kerub», affirme Mathieu Pageau, chargé de projet chez Interaction du quartier Peter-McGill.

Au cabinet de la mairesse Valérie Plante, on affirme être en discussion avec M. Kérub, ainsi qu'avec «l'ensemble des partenaires impliqués dans le dossier». Mme Plante a longtemps critiqué l'ancienne administration de Denis Coderre, qui a adopté les règlements nécessaires et octroyé les permis, pour ne pas avoir forcé l'inclusion d'une école dans le projet.

Vendredi, elle a lancé un ultime plaidoyer pour que les négociations aboutissent.

Rappelons que Devimco a déjà fermé la porte à l'idée d'inclure une école sur ce site. Son président, Serge Goulet, affirme que Québec tarde à matérialiser les modifications réglementaires nécessaires pour permettre à la CSDM d'être locataire de l'école plutôt que d'en être propriétaire.

Or, selon un document ministériel transmis au HuffPost Québec, le ministère de l'Éducation permet déjà aux commissions scolaires d'être locataires si elles peuvent démontrer qu'il s'agit de l'option la plus viable. Le bail doit être d'une durée de 50 ans.