POLITIQUE
06/03/2018 07:14 EST | Actualisé 06/03/2018 14:41 EST

Le Canada atteindra sa cible de réduction de GES malgré l'écart à combler, assure la ministre de l'Environnement

Catherine McKenna croit que le Canada comblera l'écart d'ici 2030.

CP

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, affirme que le Canada demeure engagé à respecter ses cibles dans le combat contre les changements climatiques en dépit d'un écart persistant entre les promesses et les projections d'émissions de gaz à effet de serre.

À Edmonton, où elle participait à une conférence internationale sur les villes et les changements climatiques, Mme McKenna a affirmé à La Presse canadienne que le gouvernement fédéral était "absolument engagé envers le respect" de ses cibles et que tout était "mis sur la table".

En 2015, les émissions annuelles totales de gaz à effet de serre du Canada équivalaient à 722 mégatonnes de dioxyde de carbone. L'accord de Paris sur le climat prévoit que ce total soit abaissé à 517 mégatonnes d'ici 2030.

En décembre, le gouvernement a livré aux Nations unies un rapport détaillant les progrès dans l'atteinte des objectifs. Le rapport soutient que les mesures actuelles et celles planifiées risquent de laisser le Canada à 66 mégatonnes de sa cible de réduction des émissions.

Ce résultat projeté est tout de même supérieur de 50 pour cent à celui inscrit dans un rapport similaire remis aux Nations unies il y a 18 mois.

Mme McKenna a parlé d'une nouvelle à la fois "bonne et mauvaise", faisant valoir que l'économie canadienne est en expansion et que les projections du fédéral se basent sur la croissance économique.

"Cela signifie simplement que nous devons en faire plus. Il y a des occasions immenses que nous n'avons pas bâties dans notre cible", a affirmé la ministre.

Mme McKenna a soutenu que le Canada avait amplement de temps pour combler l'écart afin d'atteindre son objectif de réduction des émissions.

"C'est une cible pour 2030. Nous avons dit qu'il s'agissait d'une transition, et vous ne faites pas une transition du jour au lendemain", a-t-elle affirmé.

Voir aussi: