DIVERTISSEMENT
06/03/2018 11:09 EST | Actualisé 06/03/2018 11:18 EST

Un bien long «Show de Rousseau»

Ce fut long et terne...

On pressentait la semaine dernière que Le show de Rousseau n'aurait rien de bien marginal. On en a eu la confirmation lundi, alors que V lançait officiellement son nouveau talk-show de fin de soirée animé par Stéphane Rousseau.

Nos premières impressions? Ce fut long et terne.

Il ne faut évidemment pas tirer de conclusions après une seule diffusion. Une émission quotidienne de cette nature doit s'ajuster en cours de route – le producteur Fair-Play avait d'ailleurs prévu un horaire de tournage décalé pour la première semaine de vie du concept, histoire de bien le roder - et peut-être que Le show de Rousseau qu'on regardera ce jeudi ou lundi prochain sera déjà complètement différent de celui qu'on a visionné hier. Il faudra impérativement y retourner. Et donner la chance au coureur. Et être patients.

Puis, Rousseau hérite d'un rôle un peu ingrat. Car, on peut reprocher à Éric Salvail les allégations d'inconduites sexuelles qui pèsent sur lui, soit, mais soyons francs : ce dernier savait faire de la fichue bonne télé.

Son En mode Salvail était un bijou de talk-show, qui se réinventait soir après soir. Ce n'est probablement pas évident de succéder à celui qu'on surnommait le king de V, et ce, malgré les comportements inappropriés de celui-ci dans les coulisses. Stéphane Rousseau est beau comme un cœur, il irradie, il est bourré de charisme et de répartie, il n'a pas peur de faire des folies, mais il n'est pas affamé du «kodak» comme Salvail pouvait l'être, et le résultat, au départ, ne peut qu'en paraître plus fade. Mais on a confiance que l'humoriste saura définir sa propre place, s'agit de lui laisser le temps.

La chanson de Labrèche

Chose certaine, il faudra resserrer le contenu de ce Show de Rousseau. Le monologue d'ouverture – de plus de 10 minutes - où Rousseau et sa complice Sonia Cordeau ont fait «plus ample connaissance» en jasant de lait de soya, de fève germée, de yoga chaud, de la famille Trudeau, de goldendoodle et de l'accent français de Stéphane, était long et laissait présager une heure qui ne lèverait pas tellement. Le tandem peut sûrement faire mieux en termes de gags...et se laisser aller à un peu plus de naturel. Leur premier échange à la caméra sentait la nervosité.

L'apparition d'Antoine Vézina était un excellent filon, mais qui s'est drôlement matérialisé, comme si on n'avait pas su quoi faire dire au comédien. La vidéo de Céline Dion, qui aurait souhaité être la première invitée du Show de Rousseau, était excellente.

Quelle bonne idée c'aurait été, pourtant, d'ouvrir la soirée avec la chanson en duo avec Marc Labrèche, qui a plutôt été placée à la fin. Était-on trop frileux pour aborder d'entrée de jeu les actes répréhensibles du «prédécesseur» Éric Salvail dans cette mélodie baveuse, mais tellement évocatrice? «Penses-tu montrer ton kiki? C'est vraiment pas une bonne idée (...) Non, je crois que j'ai compris, je vais le garder bien rangé, caché au fond d'son étui, le réserver pour l'être aimé (...) Tu sais que tu pourrais devenir le king de V, il faut absolument qu'tu sois exorcisé...»

Avec les danseurs derrière, c'était du plus bel effet ironique.

Dommage d'avoir repoussé ce numéro, car l'amitié de Rousseau et Labrèche crève l'écran, et c'aurait imposé d'emblée un ton un tantinet caustique et audacieux au nouveau rendez-vous. On veut plus, beaucoup plus de moments comme celui-là. Stéphane Rousseau a promis d'être gentil dans son Show de Rousseau, et on veut bien... Mais on peut ouvrir les vannes acides, un peu.

Entrevues lassantes

Il serait peut-être sage, également, de retravailler un peu les entrevues. On a beaucoup sauté du coq à l'âne, lundi, et Rousseau donnait l'impression d'improviser, de ne pas toujours savoir où il s'en allait.

Maripier Morin avait peu à raconter et l'entretien s'est rapidement mis à tourner en rond. La première entrevue de l'histoire du Show de Rousseau aura porté, entre autres, sur la passion de la vedette de TVA pour le fromage fondu, vraiment? Toujours généreux dans ce genre de contexte, Guy A. Lepage a offert un peu plus de substance en révélant qu'il se mariera prochainement et que Tout le monde en parleconnaitra une 15e saison à l'automne. Amis dans la vie, Stéphane Rousseau et lui ont partagé des souvenirs et des anecdotes de vie privée, notamment sur leurs enfants, des confidences toujours payantes. En ce qui concerne Labrèche, son passage aurait été complètement vain et inutile si ce n'avait été de la portion musicale.

On plaint les convives de Rousseau, qui devront peut-être se tortiller pour interagir avec Sonia Cordeau, si celle-ci demeure plus bas et derrière eux. Dans ce décor un peu vide, la jeune femme semblait presque (quand elle y était!)... de trop. Et Dieu sait qu'elle ne l'est pas, avec un tel talent. Trouvez-lui rapidement un coin à elle sur cette grande scène, où elle pourra s'exprimer à son aise... et souvent.

Le Show de Rousseau, du lundi au jeudi, à 22h, à V.

À voir également :