POLITIQUE
05/03/2018 12:19 EST | Actualisé 05/03/2018 12:19 EST

Tarifs: La liste des attaques de Trump commence à être longue, déplore Couillard

Le président américain veut imposer des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium.

Gonzalo Fuentes / Reuters

La liste des secteurs économiques au Québec attaqués par l'administration Trump commence à être longue, a déploré le premier ministre Philippe Couillard lundi.

Il réagissait en point de presse à Paris aux plus récentes cibles du président Donald Trump, qui veut désormais imposer des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium. Or le Québec produit trois millions de tonnes d'aluminium par an.

Après une rencontre avec le président du Sénat français concernant l'Accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, M. Couillard a commenté les nouveaux développements aux États-Unis.

Il a d'abord affirmé que l'imposition de tarifs est peut-être «satisfaisante» à court terme, mais qu'au final elle pénalisera les consommateurs américains qui vont payer plus chers leurs produits.

«Je leur ai dit: ils vont payer leurs autos plus cher, tout ce qui est en métal, plus cher», a-t-il affirmé, dans les Jardins du Luxembourg attenant au Sénat.

Il a regretté que de plus en plus de litiges enveniment la relation commerciale avec les Américains, que ce soit, par exemple, le bois d'oeuvre, l'achat des appareils de la Série C de Bombardier par des transporteurs américains, le papier, l'agriculture et maintenant les métaux.

«La liste des domaines dans lesquels on a eu des mesures protectionnistes commence a être longue (...). Je pense qu'on est rendu au point où beaucoup de nos secteurs économiques sont littéralement attaqués par ce type de politique.»

Le premier ministre a toutefois reconnu que le Canada et le Québec sont en position de faiblesse, «un peu à la merci des décisions du président américain».

Le président américain Donald Trump a indiqué sur Twitter, tôt lundi matin, que les tarifs sur l'acier et l'aluminium annoncés la semaine dernière seront levés seulement si la nouvelle mouture de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) est favorable aux États-Unis.

D'ailleurs, M. Couillard rencontrait le président du Sénat français concernant un autre accord de libre-échange, le nouvel Accord économique et commercial global (AECG) signé par le Canada et l'Union européenne l'an dernier.

M. Couillard souhaite que la mise en oeuvre de cet accord soit entérinée par les deux Chambres en France au cours du prochain semestre, soit avant les élections européennes de 2019.

Le premier ministre a rappelé les assurances que lui a données le président Emmanuel Macron en ce sens lors d'un entretien en matinée.